Accueil / ACTUALITES / L’avancée de la mer menace Rufisque : Djbo Leyti Kâ brandit son plan de sauvetage

L’avancée de la mer menace Rufisque : Djbo Leyti Kâ brandit son plan de sauvetage

Pendant que la crainte des populations de Rufisque ne cesse d’augmenter du fait de l’avancée de la mer, le ministre de l’Environnement, Djibo Leyti Kâ, tente de rassurer les plus inquiets. Face aux députés, l’ex-ministre de la Pêche a promis une batterie de mesures pour prendre à bras le corps ce problème. Pour lui, il s’agit d’abord d’entreprendre des actions concrètes comme, dit-il, ce fut le cas à Rufisque, lorsque la houle a causé un raz-de-marée, en engloutissant les cimetières et causant quelques dégâts au niveau des maisons, dans le quartier de Thiawlène.

Sorce : L’As
L’action du gouvernement, rapporte M. Kâ, a consisté à débloquer immédiatement 350 millions pour endiguer les eaux. Mieux, révèle-t-il, «les travaux, qui ont déjà démarré, devront être réceptionnés le 15 septembre prochain». Apparemment décidé à prendre le dessus sur la mer, Djibo Kâ poursuit: «parmi les mesures d’urgence, le gouvernement a proposé un prolongement du mur de protection de Diokoul, estimé à plus d’un milliard». Après les mesures ponctuelles, Djibo Leyti Kâ a indiqué qu’une étude environnementale est en cours pour résoudre le problème de manière durable. De ce fait, poursuit-il, après les travaux des experts, proposition sera faite aux autorités et au Parlement, afin de voir les voies et moyens de prendre en charge les recommandations.

En conclusion, le successeur de Souleymane Ndéné Ndiaye a martelé qu’il s’engagera résolument à l’application du code de l’environnement, pour parer aux agressions du littoral. A cet effet, il a invité les différentes directions, qui interviennent dans l’urbanisme, le domaine national, l’environnement entre autres, à veiller à une harmonisation des lois, pour mieux apprécier les dangers du phénomène. Il a aussi annoncé la projection du film de Algor, «Une vérité qui dérange», portant sur les causes du réchauffement climatique, afin que chacun prenne conscience de sa responsabilité sur la protection de la nature. Par ailleurs, revenant sur les problèmes de Rufisque, intervenus la nuit du 30 juin, les députés ont proposé au gouvernement un plan de sédimentation des plages de Dakar, dont le coût est estimé à 284 milliards. Pour sa part, le maire de Mbao, Mamadou Seck, a proposé comme solution un enrochement en haute mer pour atténuer la montée des vagues. Autant dire que les députés ont rivalisé aujourd’hui en connaissances environnementales.


À voir aussi

Les invalides de guerre assiègent le Palais

Restés 6 mois sans pension, les invalides de guerre ont assiégé hier le Palais. Ils …

Amadou Ba et Mary Teuw font la paix

Les ministres de l’Enseignement supérieur et de l’Economie, des Finances et du Plan, respectivement Mary …