Accueil / ECONOMIE / L’ISRA et Sen Huile dans la production de graines de tournesol

L’ISRA et Sen Huile dans la production de graines de tournesol

L’Institut sénégalais de recherches agricoles (ISRA) et la société Sen Huile ont procédé, mardi à Dakar, à la signature d’une convention de partenariat portant essentiellement sur la production de graines de tournesol et de bioéthanol.

‘’C’est un programme qui tourne autour de l’agro-industrie et plus particulièrement sur la production de biocarburant’’, a déclaré le Directeur général de l’ISRA, Macoumba Diouf. La présente convention est d’une durée de deux ans, renouvelable.

Depuis 2005, a-t-il rappelé, le Sénégal s’est engagé à promouvoir les énergies renouvelables avec l’introduction de la culture du jatropha ou ‘’tabanani’’ qui est une culture non alimentaire.

‘’Cette culture s’adapte à une large gamme de sols et qui n’est donc pas en compétition avec les autres cultures. Elle peut être associée aux autres types de cultures pour protéger les sols en réglant à la fois des questions écologiques mais aussi d’énergies’’, a expliqué l’agronome.

Le tournesol est une des espèces bioénergétiques qu’il est possible de développer au Sénégal, pour une raison écologique. ‘’Ce projet du groupe Sen Huile sur le tournesol dont l’exploitation prévue dans la zone du Ferlo (nord), est considérée comme marginale’’, a dit le Directeur général de l’ISRA.

‘’Ce sont des étendues à perte de vue non exploitées. Si, aujourd’hui, un partenaire de taille vient investir pour un total de quelque 100 milliards (FCFA) pour la première phase dans une zone hostile à toute activité, c’est quelque chose à saluer’’, a ajouté Macoumba Diouf.

Cette exploitation permettra d’exporter la graine pour donner de l’huile destinée à la consommation mais aussi à la production d’énergie. ‘’Il existe des centrales qui utilisent l’huile comme source d’énergie pour leur production’’, a-t-il indiqué.

De plus, les résidus de l’extraction et la biomasse (feuilles et tiges) serviront, à travers un procédé chimique appelé ‘’l’attaque cellulosique’’, de produire le bioéthanol qui peut être mixé à l’essence pour être une alternative à l’énergie.

‘’Cela permet aussi de régler le problème criard de l’énergie au Sénégal’’, a affirmé M. Diouf saluant la dimension stratégique de ce projet.

En outre, sur 20.000 hectares, ce projet permettra d’emmener l’eau du fleuve Sénégal vers le Diéri. D’autres spéculations comme la culture de la patate douce seront cultivées dans cette exploitation.

‘’Cette maîtrise de l’eau permettra également de développer le pâturage avec des cultures fourragères. Cela est une manière d’intensifier l’élevage dans la zone’’, a ajouté Macoumba Diouf.

Il a relevé la dimension stratégique et participative de ce projet. ‘’C’est la communauté rurale de Fanaye, dans le département de Podor, qui est concernée par ce projet car ce sont les populations à la base qui sont impliquées’’, a-t-il dit.

L’Institut sénégalais de recherches agricoles s’implique dans ce projet d’exploitation de graines de tournesol avec un appui technique à la société Sen Huile.

‘’Nous signons le caractère participatif et innovant car mettant en avant les trouvailles de la recherche que sont l’encadrement et l’appui’’, a dit M. Diouf qui explique l’implication de l’ISRA dans ce projet.

SBS/SAB

À voir aussi

Fonds africain de développement- Le Japon accorde 700 millions de dollars américains

L’Agence japonaise pour la coopération internationale (JICA) a signé un accord de prêt de 73,601 milliards …

DPEE- Le secteur secondaire se bonifie de 14% en décembre 2017

Le secteur secondaire au Sénégal s’est bonifié de 13,6%, en fin décembre 2017, comparativement au …