Accueil / ECONOMIE / L’ONU appelle l’Afrique à augmenter les investissements dans le service public

L’ONU appelle l’Afrique à augmenter les investissements dans le service public

Un responsable de l’ONU a appelé les gouvernements africains à augmenter les investissements dans le service public dans le cadre des efforts visant à réaliser les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).
Le sous-secrétaire général de l’ONU au Développement économique dans le Département des Affaires économiques et sociales, Jomo Sundaram, a indiqué lundi à Lusaka que les investissements privés dans le service public sont décevants c’est pour cette raison qu’il y a la nécessité pour les gouvernements d’augmenter les investissements.

« Il est évident que les investissements privés dans le service public ont été décevants au cours des trois dernières décennies et que nous avons besoin d’encourager les gouvernements en Afrique pour remplir ce manque », a déclaré M. Sundaram.

Ce dernier, qui a fait ces remarques lors d’une réunion régionale de l’Afrique australe sur « l’accès des financements aux services fondamentaux pour tous », a aussi critiqué l’ordre du jour de la privatisation du service public de l’Afrique soutenu par la communauté internationale, précisant que le programme n’a produit aucun résultat positif.

La réunion s’est penchée sur les défis auquels font face des pays à bas revenu dans la recherche des investissements pour le service public, avec un accent sur le moyen de trouver un mécanisme de financement à long terme en faveur de l’accès répandu à l’eau et l’électricité pour les pauvres.

Selon les chiffres de l’ONU, plus d’un milliard de personnes dans les pays à bas revenu vit sans accès à l’eau potable propre, environ 2,5 milliards de personnes ne peuvent pas accèder à un système sanitaire, alors que près de deux milliards de personnes manquent d’un accès à l’électricité.

L’ONU estime que la réalisation des OMD pour l’accès à l’eau et au système sanitaire fait face à un manque de financement d’entre 10 et 25 milliards de dollars chaque année. De plus, des investissements d’une valeur de 700 milliards de dollars sont nécessaires pour amener l’électricité à 1,4 milliard de personnes.

Depuis les années 70, les investissements dans le service public et les infrastructures de la plupart des gouvernements africains ont diminué à cause des contraintes fiscales renforcées, du soutien réduit des donateurs et de l’intérêt limité des investissements privés, a précisé M. Sundaram.


À voir aussi

L’Afrique, un eldorado prometteur pour les FinTechs

Les startups africaines ont le vent en poupe ! Après une année 2016 record, les investisseurs …

Flux financiers illicites 50 milliards de dollars américains par an échappent à l’Afrique de l’Ouest

L’Afrique est le continent dont l’économie croît le plus rapidement après l’Asie de l’Est, mais …