Accueil / POLITIQUE / L’opposition participera aux prochaines élections locales

L’opposition participera aux prochaines élections locales

Les partis du ‘Front Siggil Sénégal’ iront aux élections locales… en rangs dispersés. L’Afp de Moustapha Niasse a donné le ton et il ne faudrait pas s’étonner de voir, dans les jours à venir, les autres partis de cette coalition rendre publiques leurs décisions de participer aux élections locales qui se présentent à eux comme le troisième tour de la présidentielle.

Source : Walfadjri
Les partis de l’opposition dite significative regroupés au sein du ‘Front Siggil Sénégal’ vont participer aux élections locales. Leur mot d’ordre de boycott des consultations électorales – lancé depuis que le président Abdoulaye Wade a refusé le dialogue avec eux – n’ira finalement pas au-delà des élections sénatoriales. On sait maintenant ce que cachaient les atermoiements de ces derniers à chaque fois que la question leur a été posée. ‘Nous aborderons cette question le moment venu’, s’entendait-on répondre.

Le ‘Front Siggil Sénégal’ s’est-il essoufflé ? Non, répondent des sources proches de cette coalition qui indiquent que ‘même s’ils ne l’ont jamais assumé publiquement, les partis de l’opposition radicale n’avaient pas envisagé de bouder les urnes lors des consultations locales. C’est parce qu’ils considèrent les élections locales comme le troisième tour de l’élection présidentielle’. En effet, estiment nos interlocuteurs, ‘après avoir été roulée dans la farine par Me Wade à l’élection présidentielle, l’opposition a pris sa revanche aux législatives en humiliant le Pds et ses alliés qui n’ont pas réussi à faire voter en masse les Sénégalais. Donc, les locales doivent les départager’.

Mais force est de constater que le boycott des locales serait suicidaire pour les partis du ‘Front Siggil Sénégal’. Après avoir boudé les élections législatives et les sénatoriales, à la suite d’une participation médiocre à la présidentielle, ils ne pouvaient se permettre de laisser les collectivités locales sous le contrôle exclusif du Pds et de ses alliés. Déjà que ces partis ont beaucoup souffert de leur radicalisation. Leurs responsables locaux se sont vus privés de siège à l’Assemblée nationale ou au Sénat sans qu’on leur ait demandé, au préalable, leur avis. Ainsi, face à une clientèle politique qu’ils ne pouvaient satisfaire, d’aucuns ont préféré retourner leur veste pour rejoindre le camp adverse. Voyant ainsi leur rang s’effilocher, à mesure que les locales approchent à grands pas, les partis du ‘Front Siggil Sénégal’ ne pouvaient rester les bras croisés attendant une décision commune qui tarde à venir.

En effet, même s’ils étaient tous d’avis qu’ils devaient aller aux locales, les partis du ‘Front Siggil Sénégal’ savaient partinemment que les modalités de participation à ces joutes feront difficilement l’unanimité. Consciente de cela, l’Afp a pris les devants en annonçant sa décision d’aller à la pêche aux voix lors des locales. En fait, le parti de Moustapha Niasse ne veut pas, au-delà des raisons sus-indiquées, avoir à subir les contrecoups d’une dispersion, comme lors de la présidentielle, après avoir carressé le rêve d’une unité autour de son leader. Le secrétaire général de l’Afp aurait encore en travers de la gorge les candidatures d’Ousmane Tanor Dieng et d’Abdoulaye Bathily qui avaient refusé de le soutenir. D’ailleurs, certains de ses proches croient savoir qu’une telle décision ne serait pas étrangère à son score décevant à la présidentielle.

Quoi qu’il en soit, Moustapha Niasse aura donné le ton. Parce qu’il ne faudrait pas s’étonner de voir, dans les jours à venir, les autres partis de ‘Front Siggil Sénégal’ rendre publiques leurs décisions de participer aux élections locales. Ainsi l’opposition radicale ira-t-elle aux élections municipales, régionales et rurales en rangs dispersés.


À voir aussi

Projet d’assassinat de Karim : Seydou Diouf dément

Désigné par des proches de Samuel Sarr comme celui qui devait prendre la tête du …

Procès Karim, khalifa, Imam Ndao: Ismaila Madior répond à Amnesty

Le Garde des Sceaux a réagi au rapport d’Amnesty international qui doute de l’indépendance de …