Accueil / POLITIQUE / La bande à Tanor raconte le vrai Wade à Sarkozy

La bande à Tanor raconte le vrai Wade à Sarkozy

Pour entendre différents sons de cloche, afin d’avoir un jugement objectif sur le Sénégal et sa démocratie, le Président français a rencontré hier l’opposition sénégalaise, qui n’a pas manqué l’occasion de raconter à Nicolas Sarkozy, l’auteur d’une présidentielle frauduleuse, d’une Assemblée nationale illégitime, et d’un Sénat qui est un monstre juridique. Sans oublier le dialogue entre l’opposition et le pouvoir qu’il a bloqué. Un Wade différent de ce grand démocrate dont on parle.

Source : L’Observateur
En bon démocrate, Nicolas Sarkozy, président de la République française, a raconté l’opposition sénégalaise. L’opposition considérée comme la plus représentative au Sénégal. C’est-à-dire la bande à Ousmane Tanor Dieng. Malgré le temps très court qu’il doit passer au Sénégal M. Sarkozy a jugé «utile et indispensable, une rencontre entre lui et l’opposition sénégalaise». Lors de cette rencontre tenue au Méridien Président hier après-midi, les leaders de l’opposition ont décrit au Président français «les réalités qu’ils vivent avec le Président Me Abdoulaye Wade». En d’autres termes, ils ont raconté au Président français ce que Me Wade leur fait vivre. A en croire Ousmane Tanor Dieng, le porte-parole de la délégation de l’opposition qui a rencontré Sarkozy, ils n’ont pas porté de gangs pour décrire la situation qui prévaut au Sénégal et les risques qu’encoure le pays. Ils ont commencé par ce qui s’est passé avec l’élection présidentielle. Abdoulaye Bathily, Aly Aïdar, le Pr Madior Diouf et Ousmane Tanor Dieng ont déclaré devant le Président français que «l’élection présidentielle a été frauduleuse». Mais aussi que «les élections législatives ont accouché d’une Assemblée nationale illégitime». Ils ne se sont pas arrêtés en si bon chemin. Ils ont aussi soutenu que «le Sénat qui est sur le point d’être installé est un monstre juridique». Et toutes ces raisons les poussent à tirer la conclusion que le Sénégal connaît «une énorme régression démocratique, et ça le Président français doit le savoir». La bande à Tanor n’a pas manqué d’expliquer à Sarkozy le blocage qu’il y a entre le pouvoir et l’opposition. Un blocage qui n’est pas bon pour le Sénégal surtout vu la place que la Constitution a donnée à l’opposition dans la marche du pays.


À voir aussi

Présidentielle 2019 : Hadjibou Soumaré est le plan B de Wade

Me Abdoulaye Wade aurait un plan B en cas d’invalidation de la candidature de son …

Ce que dit ce sondage sur Macky

Un sondage a été réalisé du 16 avril au 23 avril 2018 sur tout le …