Accueil / SANTE / La circoncision protège de l’herpès et du VPH

La circoncision protège de l’herpès et du VPH

La circoncision protège de l’herpès et du virus du papillome humain (VPH), selon une étude de l’Université John Hopkins et des Instituts nationaux de la santé des États-Unis.

Les résultats de deux études cliniques publiées dans le New England Journal of Medicine du 26 mars 2009 indiquent une baisse de 35 % de la prévalence d’infections à papillomavirus – responsables notamment de 70 % des cancers de l’utérus – chez les hommes circoncis. En ce qui concerne l’herpès, le risque d’infection serait réduit de 22 %. En revanche, les chercheurs n’ont remarqué aucune différence quant à l’incidence de la syphilis.

L’étude visait à évaluer l’efficacité de la circoncision dans la prévention de l’herpès de type 2 (VHS-2), du papillomavirus humain et de la syphilis chez les adolescents et les hommes non contaminés par le virus du sida (VIH). Elle est basée sur le suivi de 5534 hommes de 15 à 49 ans non contaminés par le VIH et non circoncis. De ces sujets, 3393 étaient séronégatifs pour le VHS-2. Ces derniers ont été répartis en deux groupes: l’un de 1684 membres chez qui on a pratiqué une circoncision immédiate; l’autre de 1709 hommes qui ont été circoncis après 24 mois, qui a servi de groupe témoin. Les participants ont été testés pour le VHS-2, le VIH et la syphilis au début de l’étude, puis aux 6e, 12e et 24e mois.

Les chercheurs concluent que ces résultats confirment les bienfaits pour la santé de la circoncision masculine, y compris pour réduire le risque d’infection au VIH, à l’herpès génital et aux papillomavirus ainsi que celui d’ulcères génitaux.

Vers un changement de pratique

À la lumière de ces résultats, la Société canadienne de pédiatrie envisage de réviser ses recommandations sur la circoncision. Elle réunira ses comités concernés par le sujet pour évaluer s’il y a lieu de modifier les lignes directrices envoyées aux médecins.

Pour l’instant, l’organisme, qui regroupe quelque 2000 pédiatres canadiens, estime que les aspects négatifs de la circoncision l’emportent sur les positifs. Parmi l’information sur la circoncision qu’on retrouve sur le site de la Société, on peut lire que sur 1000 garçons circoncis, de 20 à 30 présenteront une complication chirurgicale comme des saignements abondants ou une infection de la zone circoncise; deux ou trois souffriront d’un problème plus grave qui exigera des traitements supplémentaires; et deux seront hospitalisés en raison d’une infection urinaire avant l’âge d’un an.


À voir aussi

Prise en charge des drogues à Fann : 1200 patients pris en charge tous les jours

1200 patients consommateurs ou dépendant de la drogue sont correctement pris en charge tous les …

L’Asas décrète une grève de 72 heures

L’Alliance des syndicats de la santé (Asas), An Gueusseum maintient la pression sur le gouvernement. …