ACTUALITE

LA COALITION « WATTU SENEGAL » PEAUFINE SA STRATEGIE L’opposition condamnée à s’unir ou à périr

  • Date: 16 septembre 2016

Wattu-Sénégal, la nouvelle coalition de l’opposition, semble avoir retenu les leçons du passé. Il n’est plus question pour elle de s’opposer au pouvoir d’une façon dispersée. Il n’en est pas moins impensable, pour elle, de travailler à faire partir le président Sall dans le pilotage à vue. Elle a surtout pris exemple sur ce qui s’était passé lors du référendum, où l’unité n’était que de façade et que chacun avait sa stratégie et son plan d’action. La coordination des stratégies et la mutualisation des moyens avaient aussi échoué. Le Oui avait triomphé alors qu’une large majorité des Sénégalais avait décidé de boycotter le scrutin. 

Elle entend, cette fois-ci, adopter un code de conduite, une sorte de règlement intérieur auquel chacun se soumettra. Il s’agit pour elle, d’éviter de mettre la charrue avant les bœufs. Les principaux leaders que sont Déthié Fall de Rewmi, Mamadou Diop Decroix, Oumar Sarr du Pds, Malick Gackou du Grand Parti, Abdoul Mbaye de Act, et bien d’autres, entendent aller bien au-delà de ce qu’a réussi Benno Bokk Yakaar. Il s’agit de formaliser un tant soit peu leur structure en arrivant à en faire le fer de lance des futures batailles électorales qui pointent à l’horizon, notamment en 2017 et en 2019.

L’opposition sait qu’elle a déjà perdu beaucoup de temps à ce propos, divertie qu’elle a été pendant longtemps par des manœuvres du régime en place bien décidé à mettre toute leurs chances de son côté. Ainsi, après avoir essayé de regrouper tous les partis politiques importants à ses côtés, le pouvoir n’a pas hésité à mettre la pression sur les libéraux, les empêchant, de facto, de jouer leur rôle.

Les intimidations par des poursuites judiciaires n’ont pas épargné de nouveaux leaders comme Abdoul Mbaye. Idrissa Seck, le leader de Rewmi, a failli, lui aussi, connaître des ennuis de ce genre. Sonko a été révoqué de la Fonction publique du fait justement de ses activités d’opposant.
Pis, les libertés publiques de manifestation sont de plus en plus remises en cause.

Alors, conscients qu’ils ne peuvent rien réussir dans la désunion, les leaders de l’opposition en finalement décidé d’adopter la seule stratégie qui vaille : S’unir et harmoniser leurs actions par la concertation et l’entraide.

Oumar Sarr et ses alliés savent que la tâche ne sera pas facile et le camp d’en face ne se laissera pas faire. Mais, l’opposition est condamnée de s’unir ou de se laisser anéantir.

Malheureusement, les ambitions des uns et des autres risquent de constituer un coup de frein à cette dynamique. Mais comme le disait Decroix, si chacun est préoccupé par l’avenir du Sénégal, ils doivent pouvoir s’entendre.
Il s’y ajoute que les divergences idéologiques et d’approche des difficultés ne sont pas toujours pour arranger les choses.

En tout état de cause, comme avec Benno siggil senegaal, miné par des querelles internes entre leaders, la nouvelle coalition Wattu Senegal doit éviter les erreurs souvent observées à travers ces tentatives de regroupement en donnant la preuve de sa réelle détermination à combattre Macky main dans la main.
Si elle échoue à le faire, alors les Sénégalais n’hésiteront pas à la sanctionner. C’est dire que l’opposition est condamnée à s’unir ou à périr.

Assane Samb

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15