30 juillet, 2014
Accueil » Contributions » La commande de l’équipement rural de plus de 5 milliards à une grande entreprise de la place laisse les artisans metallurgistes septiques quant à la volonté de l’Etat de les appuyer
La commande de l’équipement rural de plus de 5 milliards à une grande entreprise de la place laisse les artisans metallurgistes septiques quant à la volonté de l’Etat de les appuyer

La commande de l’équipement rural de plus de 5 milliards à une grande entreprise de la place laisse les artisans metallurgistes septiques quant à la volonté de l’Etat de les appuyer

Les 02 sortis du Président de la République, celui du 03 Avril 2013 sur l’Or de Sabadola, et le communiqué du conseil des ministres décentralisé du 25 Avril 2013 de TAMBA sur la Stratégie Nationale de Développement de l’Artisanat (SNDA), nous conforte de la nouvelle vision de développement de l’artisanat portée par le chef de l’état Maky SALL.

Il marque assurément une rupture dans la définition, la formulation et la mise en œuvre en matière de développement de l’artisanat, de l’indépendance à nos jours. Le communiqué du conseil des ministres du 25 Avril 2013 a Tamba est un condensé de toutes les préoccupations des acteurs du secteur en ce qu’il met l’accent sur les nécessaires réformes a entreprendre pour hisser l’artisanat sénégalais au rang de secteur économique moderne.

Encore une fois BRAVO Monsieur le Président de la République, mais vigilance dans la mise en œuvre, les bonnes intentions n’ont jamais manquées au sommet de l’état, mais c’est toujours dans la mise en œuvre que se posent les problèmes… (Fin de citation.).

Voila ce que j’ai publié dans le site de Rewmi.Com et facebook en date du 27 Avril 2013.

Maintenant venons a l’objet de cette contribution

Le quotidien Walfadjri du 27 Aout 2013

Pour renforcer l’efficacité et la productivité agricole des exploitations familiales, le ministère de l’agriculture et de l’équipement rural, a réceptionné lundi 26 Aout 2013 de l’entreprise SISMAR sis a Pout un lot de 16.800 unités composées de 7 mille semoirs, de 5 mille houes occidentales de 4 milles houes sine et enfin de 800 charrues pour un montant qui avoisine les 5 Milliards de francs CFA.

Voila le prétexte de cette contribution



Une commande de cette envergure, compte tenu de son volume, du type du matériel commandé et des enjeux financier qu’elle comporte. Comment a telle pu être passé sans attirer l’attention du Ministre en charge de l’artisanat qui polarise des hommes de l’art dans la fabrication et l’entretien du matériel agricole.

Pour avoir cru comprendre cette volonté politique du Chef de l’Etat de promouvoir et de développer l’artisanat, nous avions déposé aux ministères en juin 2013 un projet de formation / insertion des jeunes a la fabrication de matériels agricoles et post-agricole, par l’approche de compétence. Pourquoi l’approche par compétence ? C’est dans des situations que se construisent et s’exercent les compétences au vu de la priorité faite à l’agriculture qui est au cœur du programme de yonnu yokouté du Président de la République. J’espérais qu’une attention particulière serait portée au dit projet. Malheureusement avec cette commande citée plus haut nous sommes certains que ceux qui ont passé cette commande en occultant complètement les artisans n’ont rien compris de cette volonté politique du chef de l’état vis-à-vis de l’artisanat. Pour ce que nous connaissons du Ministre de l’artisanat, son engagement, sa disponibilité, son profil d’électrotechnicien nous conforte dans notre conviction qu’il ignore l’existence de ce projet malgré le faite qu’il soit déposé dans ces services et qui entre en droite ligne de ces préoccupations.

L’artisanat compétitif et employeur ne se décrète pas, il se construit



Les Artisans métallurgistes, auxiliaires indispensables de l’agriculture



Dans le cadre de l’emploi des jeunes, nous pouvons former et insérer des jeunes dans les différents ateliers qui dépendent de l’Union des Artisans Professionnels de la Métallurgie. Par ce geste accompagner le ministre de la formation professionnelle, de l’apprentissage et de l’artisanat dans sa mission d’appui à l’insertion des jeunes a travers le renforcement de l’apprentissage et la revalorisation de nos unités de productions artisanales. Nous pouvons former par l’approche compétence dans cette phase pilote dans les métiers de la métallurgie en appui au développement de l’agriculture 2000 (deux mille) jeunes, filles et garçons en dix huit mois dans nos ateliers a la fabrication de matériels agricoles. Les métallurgistes sont les auxiliaires indispensables de l’agriculture parce qu’étant en amont et en aval de celle-ci, par la fabrication, la réparation et la maintenance des équipements agricoles « Charrette équine, charrues, hilaire, semoirs, Houe Sine, Houe occidentale, Râteaux …». En aval des machines agroalimentaires: Décortiqueuse à mil, Moulins à mil, Presses à huile, Batteuse à Riz, Broyeur à pâte d’arachide etc…

Ce projet pourra couvrir l’ensemble du territoire national pour répondre aux besoins spécifiques de chaque région en termes de formations des jeunes et d’appui a l’insertion. Ainsi, au minimum 3000 jeunes pourraient être formés et insérer tous les dix huit mois (18) uniquement dans le réseau des Professionnels de la Métallurgie.

Comment veut-on développer l’artisanat en faisant une commande aussi importante uniquement dans une seule grande société en sevrant totalement les entreprises artisanales.

Qu’ils soient bien clair nous ne demandons pas que toutes les commandes en matériels agricoles et machines de transformations agricoles soient faites aux entreprises artisanales. Nous n’avons ni les capacités, ni les équipements encore moins les compétences nécessaires pour faire face a cela. Mais des compétences se construisent par la formation et le perfectionnement, les équipements s’acquièrent par les bénéfices à travers des commandes.

Nous étions sûrs que le Président de la République va réagir en nous entendant et il nous a bien entendu. Nous espérons que le nouveau ministre de l’agriculture dont le profil nous est compté va rectifier. Il ya des responsabilités que l’on ne doit confier qu’a des compétences avérées pas a des amis. La compétence et la compétitivité se construisent avec la Direction de la formation professionnelle et de l’Apprentissage, cela ne se décrètent pas comme dit plus haut.

Concernant le Mobilier National



Des études ont été faite, des plans ont été tirés, des ateliers ont été organisés une synergie entre acteurs en a découlée, des prototypes ont été élaboré répondant a la modernité avec une dimension culturelle. Hélas, le mobilier prototype crée, moisi présentement dans les entrepôts de la (DMTA) Direction du Matériel et de Transit Administratif, parce que propriété de l’Etat. Quel gâchis.

Contrairement a l’ancien régime qui instrumentalisé les artisans et les utilisé en ignorant complètement ce qu’ils pouvaient lui apporté en terme d’emplois. Le Président de la République MAKY SALL lui, sait et veut être accompagné par l’artisanat dans sa politique d’emplois et de formation qualifiante.

Le projet produira un impact certain dans la création d’emploi des jeunes, l’employabilité et l’auto-emploi par le biais de l’apprentissage professionnel. Ainsi que sa capacité d’absorber une haute intensité de main-d’œuvre. Incontestablement ce phénomène de création d’emploi et d’unité de production contribue dans une large mesure à la densification d’un tissu d’entreprises artisanales par le truchement du processus PME PMI. Le passage du stade d’un artisanat de survie à celui d’un artisanat d’entreprise est facilité par la mise en œuvre cumulé des mesures d’accompagnement qui sont centrés sur l’homme artisan, son unité de production et ces biens et services.

Amdy Moustapha THIAM

Elu titulaire a l’AG de la chambre de métiers de Dakar

Secrétaire Général CNCAS/Artisanat

Président des professionnels de la Métallurgie

thiamamdymoustapha@gmail.com / 775710666

Yeumbeul Sud/ PIKINE