Contributions

La Controverse autour des «heures supplémentaires» au Sénégal (Par Ibrahima Sène)

  • Date: 22 juin 2015

Ces jours ci, des voix d’hommes de gauche et de syndicalistes se sont élevées pour sonner la mobilisation contre le projet du gouvernement de supprimer les « heures supplémentaires dans la Fonction publique »,  dans le cadre de sa politique de « réforme du système de rémunération des agents de la Fonction publique ».

Ce qui étonne dans cette attitude,  c’est que cette réforme a été  longtemps exigée par les Centrales syndicales du Sénégal, pour lutter contre  les distorsions criardes et les inégalités que le régime de Wade y a introduites.
Ces partisans du maintien des « heures supplémentaires » fondent leur position sur des arguments qu’ils pensent juridiques, en estimant qu’elles sont des « éléments de salaire »,  sur des arguments sociaux, en mettant en avant la « réduction des  salaires » que cela va entraîner, et sur des arguments économiques, en évoquant le risque de « défaut de remboursement » du crédit bancaire que cela va occasionner pour la plus part des agents de l’Etat sur endettés.

Il faudrait cependant remarquer,  que « les éléments de salaires » qui sont partout reconnus,  y  compris au Sénégal, dans les Codes du Travail, les Conventions Collectives dans le secteur privé, sont le «  Smig, et les salaires conventionnels,  les primes liées à la productivité,  les indemnités liées à la nature du travail et celles liées à l’habitat et au transport, et les cotisations sociales.

Dans le «  Statut Général des Agents de l’Etat,  ce sont le « point indiciaire », les salaires liés à la hiérarchie, les primes de rendement, et les indemnités liées à la fonction,  à l’habitat, et au déplacement, et les cotisations sociales.
Ce sont ces «  éléments de salaires » frappés par la fiscalité qui détermine le niveau  des salaires exigibles à l’employeur des secteurs privé et public et para public.

Les revendications des syndicats appuyés par les forces de gauche partout dans le monde, y compris au Sénégal, ont toujours été structurées autour de ces « éléments de salaires » sus cités,  pour obtenir l’amélioration des niveaux des salaires face aux exigences du coût de la vie.

Cette lutte des Syndicats appuyés par les forces de gauche a abouti dans un pays comme la France,  à indexer le Smig à l’inflation, et au Sénégal,  à des revendications récurrentes des syndicats de baisse des prix  et de l a fiscalité sur les produits et services de première nécessité.

Nulle part, l’institution des « heures supplémentaires » comme « élément de salaire » n’avait été le fait de revendications syndicales pour améliorer les revenus des travailleurs, ni n’a jamais fait partie de la vision des forces de gauche dans la défense des intérêts des travailleurs.

Au contraire, c’est la « réduction du temps de travail sans perte de salaire » qui a toujours été l’un des objectifs de libération du travail au fur et à mesure que la révolution technique et technologie en offre la faisabilité.
Par contre, c’est le patronat du secteur privé et public qui a réussi à imposer aux travailleurs le recours aux «  heures supplémentaires »  pour augmenter légalement les « heures de travail conventionnel ou statutaire » , afin de diminuer le coût du travail dans leur stratégie de maximisation des profits et des rendements.

C’est la raison pour laquelle les travailleurs, appuyés par les forces de gauche,  ont lutté pour obtenir le non recours systématique aux « heures supplémentaires », d’où leur plafonnement soumis à autorisation préalable  de l’Inspecteur du Travail dans le secteur privé, et une «  rémunération de chaque heure supplémentaire travaillée » supérieure à l’heure conventionnelle ou statutaire travaillée.

Le recours aux « heures supplémentaires » par le patronat du secteur privé et public, est aussi un moyen de limiter les embauches, donc d’accroître le chômage, afin de peser, à la baisse, sur le coût du travail en augmentant la pression sur les syndicats, exercée par une surabondance de demandeurs  d’emploi sur le marché du travail.
C’est donc un paradoxe de voir chez nous, une telle levée de bouclier  de la part de syndicalistes appuyés par des force de gauche.

Mais cela n’a été possible, que par la pré éminence des revendications catégorielles ayant engendré des réflexes « corporatistes » dans le mouvement syndical au Sénégal, au détriment des revendications professionnelles et de classe qui ont toujours été à la base de la lutte des travailleurs appuyés par les forces de gauche.

Cette déviation  « corporatiste » dans le mouvement syndical Sénégalais est le produit d’une stratégie de sa  division et de son émiettement  savamment menée sous le régime de Wade, pour désarmer les travailleurs.

C’est  notamment  le cas dans  la Fonction publique, pour mettre en œuvre sa politique de « dérèglementation du système de rémunération des agents de l’Etat » qui a entraîné un « gonflement artificiel de la Masse salariale », pour promouvoir ses hommes lige dans l’appareil d’Etat, et la corruption   de leaders syndicaux promus à des fonctions hautement rémunérées.

La prolifération d’organisations syndicales que cette politique a entraînée  dans l’Education nationale notamment, pour neutraliser les luttes dans ce plus gros effectif de l’Etat, a pu être compensée par une stratégie d’unité intersyndicale qui a permis de continuer, et même d’accentuer les luttes, face aux conséquences sociales criardes de la déréglementation du système de rémunération des agents de l’Etat.

Mais l’efficacité de ces luttes dans le secteur de l’Education nationale a été amoindrie par la prégnance des réflexes corporatistes qui ont engendré des surenchères sur la base de spécificités catégorielles, avec tout le risque de discrédit des luttes syndicales aux yeux des populations, inquiétées par la récurrence des grèves qui hypothèquent le quantum horaire nécessaire à la formation de leurs enfants.

Et c’est ce même risque de discrédit que fait courir aujourd’hui les luttes projetées contre la « suppression des heures supplémentaires » dans la Fonction publique,  sous prétexte de menace sur les salaires !

Les revendications patronales pour surexploiter les effectifs existants de travailleurs  au détriment des embauches de nouveaux travailleurs,  deviennent chez nous,  au Sénégal, des revendications des travailleurs pour améliorer les salaires !

Les « salaires » contre les « emplois » ! Quel revirement dans les luttes syndicales  et chez cette frange de la gauche qui les soutient !

Les conséquences  sur les conditions de travail et de vie  des salariés  d’une telle déviation corporatiste dans le mouvement syndical ne se sont pas fait attendre.

En effet, dès 2004, une Etude de la « Direction de la Prévision et des Statistiques »  (DPS) , devenue aujourd’hui «  l’ Agence Nationale des  Statistiques et de la Démographie » (ANSD) du Ministère du Ministère de l’Economie et des Finances du Sénégal, révélait,  dans le secteur privé formel que  «  43,3% des employés travaillaient plus de 48 heures hebdomadaires  contre 40h légales,  et que 53,5%  des employés comme « journaliers » travaillaient en dessous des 40h hebdomadaires légales » et percevaient ainsi moins du salaire horaire conventionnel ».

Donc le recours abusif aux « heures supplémentaires »  chez les travailleurs permanents, et aux sous emplois par le contournement du Décret 72 180 qui règlemente  l’emploi de travailleurs journaliers, sont les armes du Patronat pour maximiser son profit.

Ce recours aux « heures supplémentaires » dans la Fonction publique  a fait, que l’horaire de travail hebdomadaire moyen y est de 44,2 heures  pour maximiser le rendement moyen du travail des agents de l’Etat.

Mais ce recours aux « heures supplémentaires » dans la Fonction publique  s’est négativement déteint sur l’efficacité du travail des Agents de l’Etat, au point de cultiver un mythe tenace des « Agents de l’Etat qui ne travaillent pas ».
Cerise sur le gâteau, le Sénégal a constaté en 2011,  l’existence d’une catégorie de « travailleurs salariés pauvres » dans le secteur privé formel et dans le secteur public, alors que le salariat était perçu comme un moyen d’échapper à la pauvreté.

C’est ainsi, qu’à Dakar, où l’essentiel des travailleurs du secteur public et du secteur privé formel sont concentrés, le taux de pauvreté y est respectivement de 25,6% et 23,3% en 2011.

Cette détérioration des conditions de travail et de vie des travailleurs salariés qui résultent des dérives corporatistes du mouvement syndical au détriment de la lutte pour la défense des intérêt de la classe sociale que constituent les travailleurs,  n’ a pas contribué à réduire le chômage, mais au contraire, elle a été accompagnée par son aggravation.
C’est tout cela qui pose , aujourd’hui, dans le cadre de la   « réforme projetée du système de rémunération des agents de l’Etat » , la nécessité de la lutte pour lever le blocage du «  Smig »  et du « Point indiciaire », pour  la valorisation des salaires catégorielles et hiérarchiques, et pour  la valorisation des primes et indemnités en y enlevant toutes les distorsions que le régime de Wade y a introduites.

Pour ce faire, il s’avère nécessaire de  mobiliser tous les  syndicats du Privé et de la Fonction publique dans un vaste mouvement unitaire, pour sauver les salaires, sans compromettre les nouveaux emplois qu’occupent artificiellement les « heures supplémentaires ».

C’est ce qu’un syndicat dans l’Enseignement Supérieur comme le SAES a compris,  en mettant sur la table,  la « suppression des heures complémentaires » pour recruter de nouveaux enseignants dont les Universités ont besoin, et la valorisation conséquente de la fonction enseignante dans le cadre de la «  réforme du système de rémunération des agents de l’Etat ».
Même dans les secteurs de la Santé publique et des Sapeurs  Pompiers, où  le travail est «  à feu continu », il faudrait, en tenant compte des besoins d’accessibilité géographique de ces services sociaux publics de base, et des  horaires excessifs  qui y plombent la santé des travailleurs et leur efficacité,  mener une politique de réduction des « heures supplémentaires » pour embaucher de nouveaux agents.

Les syndicats  des travailleurs et les hommes de gauche qui les soutiennent,  ne devraient donc pas délaisser les responsabilités qui les incombent dans la lutte de libération économique et sociale du monde du travail, pour enfourcher, à travers des réflexes  de « corporatisme » étroit,  les «  chevaux de bataille » de la lutte de classe  des employeurs pour continuer leur politique de leur asservissement.

Ibrahima SENE  PIT/SENEGAL/CDS,
Membre de la Confédération des Syndicats Autonomes du Sénégal (CSA)
Fait à Dakar le 21 Juin 2015

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15