Accueil / Education / LA COSYDEP POUR UN « COMITÉ DE SUIVI MULTI-ACTEURS’’ DES CONCLUSIONS DES ASSISES DU SECTEUR

LA COSYDEP POUR UN « COMITÉ DE SUIVI MULTI-ACTEURS’’ DES CONCLUSIONS DES ASSISES DU SECTEUR

Le coordonnateur national de la Coalition des organisations en synergie pour la défense de l’Education publique (COSYDEP), Cheikh Mbow, a préconisé, mardi, à Dakar, la mise en place d’un « comité de suivi multi-acteurs » des Assises nationales de l’éducation et de la formation (ANEF) pour la mise en œuvre des conclusions de cette concertation

 « Au sortir de toutes ces concertations qui ont mobilisé prés d’un demi milliard de francs CFA, avec tout ce qu’il y a comme intelligence dans ce pays, nous pensions que le chef de l’Etat nous aiderait à mettre en place un comité de suivi multi-acteurs pour ne pas avoir ce sentiment de regret », a-t-il dit.
M. Mbow s’entretenait avec des journalistes, en marge d’un atelier de renforcement de capacités, axés sur la production de rapports de suivi citoyen sur les politiques éducatives.
Interrogé sur les grèves des enseignants du moyen secondaire, il a souligné que ce comité aurait pu aider à « l’application définitive des orientations pertinentes, courageuses, consensuelles qui avaient étaient retenu lors de ces Assises’’, afin d’anticiper sur ces crises récurrentes de l’école sénégalaise.
« La plupart des secteurs sont en ébullition et l’éducation ne fait pas exception, à tous les niveaux, du préscolaire jusqu’au supérieur, en passant par l’élémentaire et le moyen secondaire et nous n’avons pas le droit de nous décourager », a-t-il indiqué.
Selon lui, « le seul refrain entendu de part et d’autre, c’est le respect des accords ». « Le gouvernement doit nous aider à faire en sorte qu’on n’ait plus de revendications basées sur le respect des accords », a déclaré Cheikh Mbow.
Le coordonnateur du COSYDEP d’appeler à travailler pour « une véritable rupture » en matière de respect des engagements », à défaut « renforcer la communication » avec les acteurs, au bénéfice d’un système scolaire « stable, gage d’une amélioration des performances ».
« C’est à la communauté de casser cette frontalité entre syndicats et gouvernement pour retrouver cette école apaisée, performante et productrice de ressources humaines de qualité pour porter le développement du Sénégal », a-t-il dit.

À voir aussi

Saint-Louis : des étudiants de la faculté de lettres formés sur la maitrise du système d’information géographique

Des étudiants de la faculté des Lettres de l’Université Gaston Berger (UGB) de Saint-Louis ont …

De « nouvelles orientations majeures » de l’Anpectp pour 2017-2018

L’Agence nationale de la petite enfance et de la Case des tout-petits (ANPECTP) annonce avoir …