Accueil / ECONOMIE / La crise économique provient des taux d’intérêt prohibitifs appliqués par les banques, selon Me Doudou Ndoye

La crise économique provient des taux d’intérêt prohibitifs appliqués par les banques, selon Me Doudou Ndoye

Les difficultés économiques auxquelles est confronté le Sénégal reposent sur les taux d’intérêt ‘’prohibitifs » que les banques étrangères installées dans le pays appliquent sur les crédits qu’elles accordent aux opérateurs nationaux, a indiqué vendredi, Me Doudou Ndoye, secrétaire général de l’Union pour la République (UPR). ‘’Toute la question économique (…) de tout le Sénégal repose sur un principe : les relations avec les banques, les relations interbancaires et les relations du taux d’intérêt actuel du crédit », a dit M. Ndoye lors d’un point de presse qu’il donnait au siège de son parti.

Source : Aps
Il n’est pas admissible, a-t-il dit, que seule l’Afrique de l’Ouest ‘’reste tenue par des taux d’intérêt prohibitifs qui enrichissent toutes les banques étrangères qui travaillent chez nous ».

A preuve, ‘’chaque semaine vous voyez une banque nouvelle qui s’installe au Sénégal », notamment à la place de l’indépendance, a fait constater, l’homme politique, qui explique ce phénomène par le fait que ces institutions financières ‘’gagnent beaucoup d’argent sur le dos de notre peuple » et cela ‘’anormalement ».

‘’Le Sénégal continuera à être dans la misère éternellement tant que, ensemble avec les pays de l’Afrique de l’Ouest, nous ne nous attaquerons pas à la question bancaire », a ajouté Me Ndoye qui pour qui, c’est le ‘’seul problème » qui constitue ‘’la racine et le tronc de toutes les branches de notre misère ».

‘’Dans tous les pays de l’Afrique de l’Ouest, il y a une organisation bancaire qui donne des crédits de 11 à 16 pour et à très court terme », a-t-il dit ajoutant, en guise d’illustration, que ‘’lorsque vous empruntez 50 millions à une banque pour construire une maison à Guédiawaye à Dakar ou à Pikine et que vous devez remboursez sur quatre ans ou sur cinq ans à un taux d’intérêt de 16 pour cent, vous ne pouvez pas louer avec un loyer bas ».

‘’Ce n’est pas possible, on ne peut pas baisser le loyer-là », a insisté l’avocat qui explique que le propriétaire de cette maison qui doit amortir sur cinq ans, ‘’doit fixer les loyers proportionnellement » à ce terme, de peur de perdre son immeuble neuf, ainsi que ses premières économies qu’il a versées à la banque.

Pourtant, a relevé Doudou Ndoye, ‘’le même emprunt de 50 millions est prêté en France sur 25 ans à 4 pour cent d’intérêt ».

Cette réflexion concernant le loyer s’applique à l’industrie ainsi qu’au commerce, notamment celui du riz, a-t-il encore dit.

Il a expliqué, à ce propos, que lorsqu’un importateur de riz fait venir sa marchandise d’Indonésie sur un accréditif bancaire de 3 milliards, et qu’il doit verser des intérêts de 11 à 16 pou cent, soit 200 à 300 millions de francs CFA en l’espace de trois mois, le temps que le bateau accoste à Dakar, c’est seulement en répercutant cet argent sur le prix du riz qu’il ‘’pourra s’en sortir ».

Le Sénégal est un ‘’pays importateur » et non un ‘’pays producteur », ‘’et lorsqu’un pays (qui) importe et ne produit rien (…) fait des taux d’intérêt importants qui sortent l’argent du pays, il n’as pas d’argent naturel », a encore souligné Me Doudou Ndoye.

Par conséquent, ‘’lorsqu’un pays n’a pas d’agent naturel, les hommes et les femmes de ce pays cherchent de l’argent artificiel », à travers le blanchiment d’argent et la drogue, a-t-il analysé, non sans noter que ‘’tous les pays qui sont des plateformes de drogue à l’heure actuelle sont les pays les plus pauvres du monde ».

‘’La lutte contre la drogue doit commencer par la lutte contre la pauvreté, par la lutte contre l’exploitation abusive de nos ressources financières par des banques qui nous imposent des taux d’intérêt prohibitifs », a-t-il conclu.


À voir aussi

Fonds africain de développement- Le Japon accorde 700 millions de dollars américains

L’Agence japonaise pour la coopération internationale (JICA) a signé un accord de prêt de 73,601 milliards …

DPEE- Le secteur secondaire se bonifie de 14% en décembre 2017

Le secteur secondaire au Sénégal s’est bonifié de 13,6%, en fin décembre 2017, comparativement au …