3 septembre, 2014
Accueil » People » La drogue décime Hollywood
La drogue décime Hollywood

La drogue décime Hollywood

Jeunes, lisses, radieuses à l’écran. Alcooliques, droguées, fragiles à la ville. Toutes accros, les jeunes stars d’Hollywood? La mort par surdose de Cory Monteith, 31 ans, héros de la série « Glee », fauché le 13 juillet par un mélange fatal d’héroïne et d’alcool, a jeté une lumière crue sur les démons qui rongent une nouvelle génération d’acteurs.

Le 14 août, sa consœur Lisa Robin Kelly, issue d’une autre série télé, « That 70’s Show », succombait elle aussi à une overdose.

« Ce ne sont pas des cas isolés, assure un journaliste people américain qui souhaite garder l’anonymat. La drogue et l’alcool ont toujours fait partie de la vie hollywoodienne. » Longtemps, les studios ont réussi à cacher les déboires de leurs poulains. Mais depuis quelques années, les addictions des espoirs du cinéma font la une des sites Internet : Lindsay Lohan, 27 ans, compte plus d’arrestations que de rôles à sa filmographie; Amanda Bynes, 27 ans, séjourne actuellement en hôpital psychiatrique pour soigner son alcoolisme; Demi Lovato, 21 ans, a passé trois mois en « rehab » (cure de désintoxication).

Tous ont débuté leur carrière très jeune

Point commun de ces trois starlettes? Toutes viennent de l’écurie Disney et ont commencé leur carrière très jeunes : 7 ans pour Bynes, 10 pour Lohan, 15 pour Lovato. Des proies idéales. « Ces célébrités sont sollicitées par des anonymes qui leur fournissent des drogues, et qui en échange entrent dans l’entourage de la star, explique Hollie McKay, chroniqueuse people pour la chaîne Fox News. Tout le monde y trouve son compte. » Avec les paparazzis fini le temps des saladiers remplis de cocaïne exhibés dans les soirées VIP, les deals se font en privé. « Les drogues ne sont plus cool comme dans les années 1990 », poursuit Hollie McKay.

Mais elles restent « faciles d’accès et socialement tolérées », assure une autre source californienne. « Tout le monde fume de l’herbe », a admis dans une interview récente Seth Rogen, l’un des acteurs comiques les plus en vue. En Californie, la marijuana est disponible sur ordonnance. Certains basculent vers la cocaïne ou l’héroïne. D’autres se gavent de médicaments : l’actrice Brittany Murphy en est morte en 2009, à 32 ans. Témoin privilégié, Adrian Grenier, star de la série « Entourage », prépare un documentaire sur le fléau.

Les studios peuvent exiger une désintoxication

De quoi inquiéter les studios? « Si la dépendance d’une star perturbe son travail, les studios peuvent intervenir et exiger une désintoxication, témoigne Hollie McKay. Elle peut aussi conditionner le paiement de son cachet à la réussite du tournage. » Dans certains cas, les assurances refusent de couvrir l’acteur, blacklisté. C’est ce qui est arrivé à Robert Downey Jr à la fin des années 1990 : toxicomane avéré, passé par la case prison, il est revenu au sommet du box-office (« Sherlock Holmes », « Iron Man ») après une confession publique et une cure drastique. Pas rancunière, la cité des Anges adore ces histoires de chute et de rédemption. La télévision américaine en a même fait un show : de 2008 à 2012, « Celebrity Rehab » a suivi pour la chaîne VH1 des acteurs (Eric Roberts), des sportifs (Dennis Rodman), des mannequins en cure de désintoxication.

Le cinéma paie aussi un lourd tribut : avec l’overdose d’Heath Ledger à l’âge de 28 ans en 2008, Hollywood a perdu l’un de ses talents les plus prometteurs (« Brokeback Mountain », « The Dark Knight »). Quinze ans avant lui, River Phoenix avait lui aussi été fauché en pleine ascension, à 23 ans seulement. L’été 2013 restera comme l’un des plus meurtriers. La saison s’y prête : les tournages de série s’arrêtent, et leurs héros sont livrés à eux-mêmes. Le 19 août, Lee Thompson Young, acteur dans « Rizzoli and Isles », s’est donné la mort à 29 ans. L’enquête dira ce qui l’a poussé à un tel geste, mais une chose est sûre : il y a quelque chose de pourri au royaume d’Hollywood.

Le Parisien