Accueil / SOCIETE / La grande Tristesse sociale de la banlieue laissée à son sort L’imam Youssoupha Sarr, porté disparu ?
Mise en page 1

La grande Tristesse sociale de la banlieue laissée à son sort L’imam Youssoupha Sarr, porté disparu ?

 Aphone et invisible, alors qu’il y a matière à bouger et à parler, le bouillant imam Youssoupha Sarr s’est éloigné du champ de la contestation. Les populations de la banlieue Pikine-Guédiawaye, malgré les pénibilités des coupures d’eau et d’électricité, gardent un calme de tous les dangers. Qu’est-ce qui se prépare ?

Depuis le début du ramadan, c’est un vrai calvaire que vivent les populations de la grande banlieue. Les coupures intempestives d’électricité, d’abord, avaient fini de perdre Pape Dieng, le directeur général de la Sénelec. En son temps, tout juste après la coupure du jeûne, les populations étaient plongées dans le noir. Depuis son départ, la situation a empiré. L’ex-directeur de cabinet du président de la République, bombardé pour sauver la situation, en rajoute une pire couche. Sous sa direction, la Sénelec ne donne plus l’occasion aux jeuneurs de rompre leur pénitence avec de l’électricité. C’est l’obscurité totale. Face à ce désarroi, les populations s’abonnent au clair de lune divin pour se restaurer. Ainsi, voilà le sombre tableau dans lequel vit la banlieue. Nonobstant, le manque criard d’eau, Pikine et Guédiawaye affichent encore la lucidité.

Face à cette batterie de difficulté, les imams de Guédiawaye restent muets comme des carpes.

La semaine dernière, en pleine nuit, des bandes de jeunes ont brulé des pneus et menacer de détruire la Sénelec de Guédiawaye. Epars et mal organisé, le regroupement s’est finalement résolu à barrer la route principale de la commune. Un signal qui pouvait réveiller ces va-t-en guerre sous Wade, et devenus subitement doux comme des agneaux, sous le régime de Macky Sall. Qu’est-ce qui se passe, alors s’interrogent les nombreuses personnes interpelées à ce sujet. Il revient à l’Etat de régler cette forte demande sociale qui, à le veille de la Korité, a déjà déconstruit ou commence à le faire, le tissu économique d’une banlieue laissée à son triste sort. Sans avocat, sans eau, sans électricité.

Pape Amadou Gaye

Share This:

À voir aussi

RESTAURATION ET REHABILITATION DES MEDERSAS DE FES La Médina subit son lifting

Un pan du patrimoine historique de la ville de Fès, capitale spirituelle du royaume chérifien, …