Accueil / SOCIETE / LA MAIRIE SUR LA DÉMOLITION D’UNE MOSQUÉE AUX HLM « Ce lieu de culte servait de lieu de rencontre entre filles et garçons »

LA MAIRIE SUR LA DÉMOLITION D’UNE MOSQUÉE AUX HLM « Ce lieu de culte servait de lieu de rencontre entre filles et garçons »

La mairie des HLM de Dakar continue son opération de déguerpissement des occupations illégales d’espace. Dans cette opération, les commerçants dénoncent l’acharnement de la mairie allant jusqu’à détruire une mosquée. Le maire, Ababacar Sadikh Seck, se justifie en parlant d’une mosquée douteuse.
Hier, le maire de la commune des HLM, Ababacar Sadikh Seck, a tenu un point de presse pour faire le bilan à mi-parcours sur son opération de désencombrement dans sa petite ville des Hlm. Répondant aux accusations des commerçants, sur la démolition d’une supposée mosquée, le maire dira que « c’est une petite mosquée, devenue le refuge des bagages et aussi un lieu de palabre. C’est plutôt un lieu de rendez-vous où les filles et les garçons se retrouvent ». Cette petite mosquée se trouvait sur l’Avenue Cheikh Amadou Bamba. « Cette mosquée n’est pas une vraie mosquée. Le jour de la démolition, il y avait des matelas dedans et autres choses… C’est un lieu que l’on utilise qu’à des heures qui arrangent certains. Des personnes y passent la nuit. Est-ce-que c’est une mosquée ? Comment pouvez-vous expliquer qu’à côté d’une mosquée, on tatoue les filles », clame le maire des HLM. La commune compte 50 mosquées dont 4 grandes mosquées. Par ailleurs, le maire avertit. « Je n’ai jamais détruit une mosquée, mais je n’hésiterai pas à détruire cette mosquée », menace-t-il. Pendant cette opération, plusieurs commerçants ont été déguerpis. Sur la question des recasements, la mairie ne refuse pas de recaser les ambulants mais précise qu’il recasera ceux qui le respectent. « Quand quelqu’un bafoue la loi, je n’ai pas le droit de l’héberger chez moi. S’ils sont prêts à discuter, je le suis. Avant de recaser, on doit permettre à nos populations de respirer. S’ils disent qu’ils ne bougeront pas de l’avenue, force restera à la loi », tranche-t-il.

Ibrahima Khalil DIEME

Share This:

À voir aussi

COMMERCIALISATION ILLEGALE DE PEAUX D’ESPECES EN VOIE DE DISPARITION-  La Direction des Eaux et Forêts réclame 20 millions aux prévenus

20 millions de francs, telle est la somme que la Direction des Eaux et Forêts …