Accueil / SOCIETE / La pluie d’hier perturbe le marché de Thiaroye- Les commerçants dénoncent leurs dures conditions de travail

La pluie d’hier perturbe le marché de Thiaroye- Les commerçants dénoncent leurs dures conditions de travail

 Des taxes élevées, des ruelles impraticables, des vols, des agressions, la location des cantines trop chère et l’occupation anarchique de la voix publique. Voilà des maux que rencontrent les commerçants et autres marchants du marché Thiaroye. Ces derniers interpellent le président de la République pour que leurs nombreux problèmes soient résolus.

Des appels, longtemps lancés à l’endroit des autorités pour le règlement de leurs problèmes à plusieurs reprises, sont restés toujours vains.

D’après le porte-parole de ces commerçants rencontrés au marché Thiaroye, ses camarades, qui n’ont que cet endroit pour gagner leur vie, vaquent difficilement à leurs occupations. Ce n’est pas la première fois qu’ils sont sortis pour exposer leurs doléances aux autorités. A chaque tombée de la pluie, le marché devient impraticable à cause des ruelles remplies par des eaux de pluie, mélangées avec des déchets.

Même son de cloche pour une vendeuse interrogée. Selon cette dame, qui parle sous couvert de l’anonymat, « des actes de vols et d’agressions se produisent au marché Thiaroye de jour  comme de nuit. Ces points de vente sont souvent fréquentés par des malfrats qui chipent aux personnes leurs biens ». Il faut signaler que ces marchants de Thiaroye avaient été délogés des zones appelées communément en wolof, « Maket », lors des opérations de désencombrement du marché pour les reloger dans d’autres sites. Une situation qui les a conduits à réclamer d’autres abris provisoires favorables pour leur permettre de mener leurs activités dans les règles de l’art. Et malgré des efforts qui ont été fournis par les autorités pour assister ces commerçants, l’insécurité continue toujours d’empêcher de dormir certains parmi eux. Prenant la parole à tour de rôle, les occupants du marché Thiaroye ont dénoncé leur calvaire. Ne pouvant plus supporter toutes ces difficultés qu’ils rencontrent, ces derniers interpellent Macky Sall pour que leurs problèmes soient résolus.

Pour Issa, qui est vendeur de portables, les taxes qu’ils payent sont trop chères sans parler de l’occupation anarchique des voies publiques constatée de part et d’autres sur les lieux. Les prix de la location des cantines sont encore trop élevés. A chaque tombée de la pluie, le marché Thiaroye devient impraticable, dit-il. Il revient encore aux autorités d’aider ces « Gorgorlu » qui n’ont que ces endroits pour gagner leur vie dignement mais aussi pour mener leurs commerces dans de bonnes conditions.

Sada MBODJ

À voir aussi

MARCHE BOUBESS L’Etat suspend les taxes jusqu’à nouvel ordre

Les communes de Djiddah Thiaroye Kao et Wakhinane Nimzatt ne feront pas de collectes, et …