Accueil / SOCIETE / La polygamie, facteur de transmission et de propagation du Sida, selon le médecin-chef

La polygamie, facteur de transmission et de propagation du Sida, selon le médecin-chef

Amener les populations à faire des tests de dépistage, notamment avant le mariage, c’est une des stratégies qu’entend développer l’équipe médicale du district sanitaire de Mbour pour freiner la propagation du fléau.

Source : Walf fadjri
La polygamie est un facteur de transmission et de propagation du Sida, a déclaré lundi le docteur Marie Sarr, médecin-chef du district sanitaire de Mbour, soulignant toutefois la nécessité pour toute personne désireuse de se marier de faire, au préalable, le test de dépistage de la maladie. ‘Beaucoup de cas de transmission pourraient être évités si cette précaution était prise’, a-t-elle indiqué lors d’un atelier de validation des plans opérationnels de lutte contre le Sida pour l’année 2008 des districts sanitaires de Mbour, organisé par le comité départemental de lutte contre ce fléau. Elle a appelé à une ‘grande action’ de sensibilisation dans ce sens avant de rappeler que le taux de prévalence du Sida pour l’année 2006-2007 représentait 2,2 % dans le département.

D’une superficie de 526 Km2 avec une population de 302 000 habitants et 22 postes de santé, le district sanitaire de Mbour enregistre en ce moment plus de 116 personnes sous traitement anti-rétroviraux (Arv), a indiqué Marie Sarr. Après avoir dit que la prostitution masculine et féminine sont développées dans le district, elle a laissé entendre que la prévalence du Vih /Sida est élevée chez les homosexuels et les travailleuses du sexe. Selon elle, l’objectif fixé au district sanitaire de Mbour, pour la période 2008-2009, est de dépister 2907 personnes à travers douze stratégies.

A cet effet, elle s’est appesantie sur la nécessité de proposer systématiquement le test du Vih à toutes les femmes enceintes, pour dépister au moins 2900 femmes, sur un objectif de 10 000 femmes. C’est ainsi que des séances de causeries seront organisées cette année à l’intention des personnes s’activant dans le secteur informel, des femmes (avec le soutien de l’Ong Tostan), des associations sportives et culturelles, des pêcheurs, des charretiers, des routiers, etc. Des causeries sont également prévues pour le secteur touristique (hôteliers, restaurateurs, en rapport avec la Société d’aménagement de la Petite Côte et le syndicat local d’initiative du tourisme.

Il ressort du plan opérationnel de lutte contre le Sida, l’organisation prochaine de plusieurs séances de causeries pour sensibiliser les hommes en tenue, assortie d’une distribution de 600 préservatifs par trimestre. Il en est de même pour les travailleuses du sexe qui, en plus de la sensibilisation, vont bénéficier de 4 500 préservatifs par trimestre. L’un des bailleurs Enda/Santé va assurer le financement de 200 000 préservatifs.

Dans le cadre de la sensibilisation, le médecin-chef du district sanitaire de Mbour a suggéré l’organisation d’une journée de partage avec des tradipraticiens sur les problèmes du Vih /Sida, ainsi que la journée mondiale du Sida, en impliquant tout le monde. A cette occasion les médecins-chefs des districts sanitaires de Joal, Popenguine, Thiadiaye ont présenté leur plan d’action multisectoriel, tout en faisant des propositions et des suggestions conformes à la démarche adoptée par le comité départemental de lutte contre le Sida dont Mbacké Diouf est le coordonnateur.


À voir aussi

Le Sytjust dénonce le mutisme de IMF

En sit-in, hier, devant le palais de justice de Dakar, les travailleurs de la justice n’ont …

L’APS renoue avec la grève

L’Agence de Presse sénégalaise (Aps) va renouer avec la grève. Selon le secrétaire général de …