Accueil / ACTUALITES / La ponction sur les salaires des enseignants est tout à fait légale, selon le ministre Sourang

La ponction sur les salaires des enseignants est tout à fait légale, selon le ministre Sourang

En ponctionnant sur les salaires des enseignants leur nombre de jours de grève, l’Etat n’a fait qu’appliquer la loi, le salaire étant la contre-partie du travail effectué. La précision est du ministre de l’Education pour qui la question de l’indemnité de recherche réclamée par l’Intersyndicale est déjà tranchée : L’Etat n’entend pas reculer sur cette question.

Source : Walfadjri
Wal Fadjri : La ponction opérée sur le salaire des enseignants suscite un controverse. L’Etat n’a-t-il pas violé la loi ?



Moustapha Sourang : Cette ponction n’est qu’une application normale de la loi car le droit de grève a comme contrepartie la retenue des journées non travaillées. L’enseignant, comme tout autre fonctionnaire, a le droit de faire la grève. En revanche, les jours qui ne sont pas travaillés ne doivent pas être payés. Les check-off ont pour fondement et pour légitimité l’Etat qui autorise et perçoit des cotisations des membres du syndicat pour que, dans de pareils cas, lorsque les gens s’abstiennent de faire leur travail, cet argent soit versé à ces travailleurs qui peuvent ainsi bénéficier des caisses de solidarité. D’ailleurs, au niveau de l’Organisation internationale du travail (Oit) et du Bureau international du travail (Bit), les gens sont surpris de constater que les Sénégalais ne comprennent pas qu’on puisse leur couper le salaire en temps de grève. De mon point de vue, donc, la question est très claire, nous n’avons fait qu’appliquer la loi.

Wal Fadjri : Etes-vous optimiste quant à l’issue de la crise scolaire après la rencontre du 1er mai entre le président de la République et les syndicats ?

Moustapha Sourang : A notre niveau, le débat est clos. Le chef de l’Etat l’a tranché. Je répète que les vingt-trois points pédagogiques ont été réglées. Les cinq mille deux cents parcelles ont été déjà octroyées aux ayants droit et les mille deux cents représentants les titres d’attribution ont été aussi remis aux syndicats. Même les vingt mille demandes faites à cet effet, ont été aussi satisfaites. Il reste que pour l’indemnité de recherche, nous avons expliqué en quoi, il y a eu cette contrainte pédagogique. Le montage qui a été fait pour le moyen-secondaire correspondait à de l’argent déjà disponible que nous avons recyclé moyennant une surcharge de trois heures par semaine, ce qui fait au total, douze heures par mois et que nous avons tout payé aux enseignants. Ce qui n’est pas extrapolable au niveau de l’élémentaire parce qu’on peut difficilement imaginer d’ajouter trois heures dans l’horaire des enfants du Cours d’initiation (Ci). Il se trouve ainsi que cela fera 10 milliards de plus et que le gouvernement est dans l’impossibilité de le faire. Par conséquent, le président a tranché. Il est important que les gens donnent au système la possibilité de respirer pour générer des revenus et, plus tard, on verra. Pour l’instant, nous restons attentifs et je pense que les uns et les autres évolueront. Mais je dois dire que le gouvernement a pris toutes ses responsabilités, concernant la continuité du service public. Je suis très heureux de constater que le moyen-secondaire fonctionne. Les examens du Bac et du Bfem auront lieu aux dates arrêtées, de même que l’entrée en sixième.



Wal Fadjri : Que compte faire l’Etat au cas où les enseignants boycotteraient les examens ?

Moustapha Sourang : Je répète encore que le Bfem et le Bac auront bel et bien lieu parce que les enseignants du secondaire ne sont pas en grève. Le problème qui se pose aujourd’hui à nous, c’est l’entrée en sixième. Mais en tout état de cause, les examens seront organisés. Pour l’instant, je ne peux pas vous dévoiler ce que nous envisageons de faire. J’espère que l’immense majorité des enseignants comprendra le sens de leurs responsabilités. Il n’est pas, pour nous, question de sacrifier un million et demi d’enfants pour des questions qui peuvent simplement être différées en attendant de trouver des solutions.

À voir aussi

Urgent: Accident à Yoff : Plusieurs blessés

Un taxi qui roulait à vive allure a terminé sa course sur des passants, près …

Touba: Macky reçu par Serigne Mountakha

Macky Sall était ce weekend à Touba. Il a rencontré hier, dimanche 19 août, le …