Accueil / ECONOMIE / La qualité des semences décriée à sédhiou

La qualité des semences décriée à sédhiou

La saison des pluies s’est définitivement installée dans le département de Sédhiou. Les premières gouttes de pluie qui sont tombées ont permis aux paysans d’effectuer les premiers semis. En zone rurale, dans la plupart des localités, les agriculteurs sont entrés de plein-pied dans la campagne agricole qui, pourtant, ne se déroule pas conformément aux attentes des paysans. Aussi, la qualité des semences qui est la garantie d’une bonne germination est de plus en plus décriée. La visite du secrétaire général du Cncr, Baba Ngom a été une occasion pour ces agriculteurs de manifester leur mécontentement. Venus de tous les coins du département, ils n’ont pas caché leur amertume par rapport aux mauvaises graines qu’ils ont reçues cette année.

Source : Le Matin
« Les graines d’arachide que nous avions reçues ne sont pas de bonne qualité. Nous sommes obligés de trier la quantité de semence reçue pour éviter de semer de la mauvaise graine. Certains qui sont plus pressés risquent de ne pas contrôler la qualité des semences et c’est ce qui entraîne parfois des problèmes », soutient Moussa Mansaly grand producteur d’arachide venu du Boudié. Lui emboîtant le pas, son collègue de Sakar va plus loin en se demandant si l’Etat a la volonté de mettre les paysans dans de bonnes conditions pour obtenir une bonne production. « Chaque année, c’est la même situation, surtout avec l’arachide. La qualité des semences a toujours été décriée par les paysans, comme si les autorités n’ont pas la possibilité de contrôler ces graines avant de nous les proposer.

Je pense qu’il n’y a aucune volonté de la part de l’Etat à mettre les agriculteurs dans de bonnes conditions et pourtant quelle que soit la production, il faut obligatoirement rembourser », lance Fakéba Dramé. Visiblement très remontés et très déçus, ces agriculteurs pensent que la seule solution est de garder eux-mêmes leurs semences après les récoltes, pour éviter de revenir à chaque fois sur les mêmes plaintes. Autres difficultés rencontrées par les paysans au cours de la présente campagne agricole : le manque de matériel. Ils ont été nombreux également à réclamer ce matériel agricole leur permettant d’être beaucoup plus productif et beaucoup plus efficace dans le travail.


À voir aussi

Fonds africain de développement- Le Japon accorde 700 millions de dollars américains

L’Agence japonaise pour la coopération internationale (JICA) a signé un accord de prêt de 73,601 milliards …

DPEE- Le secteur secondaire se bonifie de 14% en décembre 2017

Le secteur secondaire au Sénégal s’est bonifié de 13,6%, en fin décembre 2017, comparativement au …