ACTUALITE

La revue de la presse- Dissensions de l’opposition parlementaire et retour du Sénégal au Conseil de sécurité au menu

  • Date: 16 octobre 2015

Les quotidiens parvenus vendredi à l’APS se font l’écho des prolongations de la bataille pour la formation du groupe parlementaire de l’opposition, un intérêt renouvelé pour ce sujet d’actualité qui contribue à reléguer au second plan l’élection du Sénégal au Conseil de sécurité de l’ONU.

 La formation du groupe parlementaire de l’opposition, dans le cadre du renouvellement des instances de l’Assemblée nationale, opposait mardi deux camps opposés du Parti démocratique sénégalais (PDS), la formation de l’ancien président Abdoulaye Wade.
Modou Diagne Fada, président sortant dudit groupe, et la députée Aïda Mbodj, soutenue par Me Wade, en étaient venus à se prévaloir de la même appellation et selon des informations de presse, ont déposé des listes formées de parlementaires que les deux camps se disputaient.
Devant cette confusion, le bureau nouvellement élu de l’Assemblée nationale a été chargé de cette affaire et a tranché mercredi soir en faveur de Modou Diagne Fada, mais le camp débouté avait annoncé qu’il ne comptait pas s’en tenir à cela, ce qui préjugeait de la poursuite de cette bataille parlementaire en d’autres lieux et sous des formes différentes.
De fait, à l’occasion d’une conférence de presse, jeudi dans l’après-midi, « Aïda Mbodj et ses partisans ont dénoncé la décision de l’Assemblée nationale qui a jugé leur liste +irrecevable+ », parlant à ce sujet « de +hold-up et de décision purement politique », rapporte Le Soleil.
« Nul doute que Aïda Mbodj et Cie vont enfourcher la flamme de la contestation. La flamme du SOPI se rallume », commente Direct Info, en évoquant le cri de ralliement du PDS, qui a traversé les années à partir de 1974, dont celles dites de braise, pour contribuer à porter Me Abdoulaye Wade au pouvoir en mars 2000.
Aussi le camp de Aïda Mbodj a-t-il tôt fait de rejeter la décision du bureau de l’Assemblée nationale, qualifiée de « politique et partisane », Il a ensuite annoncé, selon Sud Quotidien, une plainte contre Modou Diagne Fada, pour faux et usage de faux, et la saisine du conseil constitutionnel pour « invalider l’élection du Bureau de l’Assemblée nationale ».
« Les libéraux sont résolus à reconquérir le groupe parlementaire des libéraux et démocrates dont les rênes ont été confiées à Modou Diagne Fada. Ils accusent » le chef de l’Etat, Macky Sall, et le président de l’Assemblée nationale, Moustapha Niasse, « d’être les commanditaires de la +forfaiture+ », écrit L’Observateur.
« Le PDS brûle le +duo malfaisant+ Macky-Niasse », renchérit Le Populaire à travers sa manchette. Ce journal cite le député Me El Hadj Diouf, selon qui « Niasse et Fada doivent être traduits devant la Haute Cour de justice », estimant que la démocratie sénégalaise « a été assassinée » dans cette affaire.
Dans les colonnes de Libération, Aïda Mbodj enfonce le clou et accuse Modou Diagne Fada « d’avoir scanné leurs signatures qui datent de 2012, année de démarrage de la douzième législature », d’où sa décision de porter plainte pour faux et usage de faux.
« Saisir le Conseil constitutionnel pour +illégitimité+ du nouveau Bureau de l’Assemblée nationale et attraire leur frère de parti Modou Diagne Fada en justice pour +faux et usage de faux+, tels sont les prochains actes que des députés du PDS vont poser », note le journal Le Quotidien.
« Haro sur Fada et Niasse », relève également Le Témoin quotidien à travers sa Une. « La guerre entre Modou Diagne Fada et ses frères (de parti) est loin de connaître son épilogue. Les libéraux qui ne s’avouent pas vaincus ont durci le ton », écrit le quotidien Walfadjri.
« Ils envisagent de dérouler tous les voies et recours pour rester dans leurs droits », ajoute Walfadjri, rapportant à son tour que Modou Diagne fada est accusé d’avoir utilisé des signatures datant de 2012 pour faire valider son groupe parlementaire.
Les quotidiens reviennent par ailleurs sur l’élection, jeudi à New York, du Sénégal au Conseil de sécurité de l’ONU. « Une marque de confiance à l’égard du Sénégal », commente le président de la République à la Une du quotidien national Le Soleil. Ce journal précise que l’ambassadeur Fodé Seck « occupera le siège » dont hérite ainsi son pays.
« Le Sénégal entre dans la cour des grands », note pour sa part Walfadjri sur ce sujet. Selon le même journal, citant le chef de l’Etat, Macky Sall, « le Sénégal assumera ses charges (…) dans un esprit d’ouverture, de dialogue et de responsabilité ».
Direct Info signale que le Sénégal signe ainsi « son retour au Conseil de sécurité de l’ONU », au sein duquel le pays a déjà siégé en 1968-1969 et 1988-1989. « Les autorités savourent cette élection +historique+ qui ne se reproduira probablement que dans 25 ou 30 ans », relève le journal Le Quotidien.
« Macky réalise le rêve de Wade » (Enquête) et « Le Sénégal au sommet de la pyramide » (Libération) sont d’autres titres consacrés à l’élection du Sénégal comme membre non permanent du Conseil de sécurité de l’ONU.
Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15