ACTUALITE

LA SOCIÉTÉ CIVILE SE RASSEMBLE À LA PLACE DE L’OBÉLISQUE POUR ‘’SAUVER L’ÉCOLE’’

  • Date: 16 avril 2016

Parents d’élèves, élèves, acteurs de la société civile, membres du patronat, artistes et d’autres citoyens de divers horizons se sont retrouvés vendredi à la place de l’Obélisque de Dakar pour ‘’créer le déclic, afin de sauver l’école sénégalaise, plongée dans une crise persistante qui menace l’avenir des enfants, les principales victimes’’.

 Tour à tour, les représentants d’une dizaine d’organisations parties prenantes de ce ‘’rassemblement citoyen’’ ont appelé l’Etat et les enseignants à ‘’savoir raison garder pour mettre fin à ce cycle de grèves qui gangrène l’école depuis une dizaine d’années’’.

‘’Depuis dix ans, l’école est toujours dans la tourmente avec un quantum horaire jamais atteint, des enseignements escamotés, des programmes jamais terminés. Les seul perdants sont les élèves’’, a dit le président de la Fédération des associations de parents d’élèves, Bakary Badiane, du haut de la tribune dressé au milieu de la célèbre place.

Suppliant presque les enseignants de regagner les classes, il dit les considérer comme les ‘’soldats de l’école’’. Selon lui, ils doivent parfois ‘’consentir des sacrifices citoyens en tenant compte de la centralité de l’élève’’. ‘’Le tout ou rien ce n’est pas du syndicalisme. Si l’Etat est dans une dynamique de résolution des questions avec le respect des accords à hauteur de 2/3, il n’ y a pas de raison pour que les syndicats continuent à déserter les classes’’, a-t-il martelé.

Toutefois, il a également appelé l’Etat au ‘’sacrifice’’ pour le respect des accords. Ce même appel du ‘’cœur’’ a été lancé par le président de l’Union nationale des parents d’élèves du Sénégal (UNAPES), Abdoulaye Fané, qui a plaidé pour ‘’un processus de normalisation et de résolution durable de la crise’’.

‘’C’est un devoir de reconnaissance envers l’école publique qu’ils doivent faire prévaloir, autorités étatiques et enseignants, parce qu’ils ont bénéficié d’une bonne formation de l’école publique. Aujourd’hui, les enfants pâtissent d’une situation dont ils ne sont pas responsables’’, s’est-il désolé.

Les organisations de femmes dont l’Association des juristes sénégalaises (AJS) et le Forum des femmes africaines pour l’éducation des filles (FAWE) ont dit tout leur ‘’énorme amertume, une grande tristesse parce qu’il n’y a plus d’activités scolaires et universitaires’’.

Pour leur porte-parole du jour, Hélène Rama Niang, il s’agit ‘’d’envoyer un message clair à l’Etat comme aux syndicats pour dire notre opposition à une année blanche et à la continuation d’une instabilité décrédibilisant le système éducatif’’.

‘’Il est temps d’arrêter ce jeu d’acteurs et la confrontation permanente entre Gouvernement et syndicats’’, a souligné le président du Conseil d’administration de la Coalition des organisations en synergie pour la défense de l’Education publique (Cosydep), Moussa Mbaye.

Pour lui, il s’agit de dire ‘’Non à la continuation de l’instabilité du système éducatif pour une école qui restaure à l’enfant son droit à l’éducation’’.

La Cosydep, initiatrice du rassemblement, a appelé à un ‘’mécanisme durable de pacification du secteur de l’éducation et de la formation par la mise en place d’un comité de suivi des recommandations des Assises nationales et de la Concertation sur l’avenir de l’enseignement supérieur’’.

Le patronat n’est pas en reste pour ‘’ soutenir cet élan citoyen pour sauver l’école’’, selon le président du Conseil national des employeurs du Sénégal (CNES), Mansour Kama. ‘’Nous ne sommes pas des médiateurs entre syndicats et Etat, ni arbitres mais des parents d’élèves et des citoyens qui veulent que les écoles continuent à fonctionner même si les enseignants et l’Etat continuent à discuter’’, a-t-il dit.

Conscient des ‘’risques majeures qui pèsent sur l’avenir de l’école’’, Mansour Kama a fait part de la décision de ‘’mobiliser tous les citoyens, tous les chefs d’entreprises, toutes les organisations de femmes pour que l’école ne soit pas installée dans des querelles’’. Des messages également relayés à travers plusieurs pancartes et des foulards blancs autour des cous des citoyens venus prendre part au rassemblement.

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15