Accueil / ACTUALITES / La Sonatel condamnée à payer 6 milliards

La Sonatel condamnée à payer 6 milliards

La Sonatel devrait s’attendre, dans les prochaines heures, à une nouvelle sanction de l’Artp, plus lourde que celle qui lui avait été infligée le 26 janvier dernier par l’institution de régulation des télécommunications. Cette sanction devrait passer de 3 milliards 196 millions 800 mille francs Cfa précédemment à 6 milliards 393 millions 600 mille francs Cfa, pour avoir privé de téléphone mobile pendant plus de trois heures d’affilée hier tout le Plateau, le palais présidentiel y compris, et la Médina, sans compter les perturbations notées sur son réseau pendant près de deux heures à Thiaroye, Pikine et Guédiawaye.

Source : Walfadjri
Pendant plus de trois heures d’horloge, la présidence de la République n’était pas joignage hier par le mobile Orange. Ni non plus la Primature, ni aucun service, aucune société ayant pignon sur rue dans le Plateau. La situation a été identique dans la Médina. Une situation catastrophique qui a amené l’Agence de régulation des télécommunication et de la poste (Artp) à décider d’infliger une nouvelle sanction contre la Société nationale de télécommunication (Sonatel). En effet, suite à l’arrêt du trafic et de fortes perturbations qui ont causé hier d’énormes préjudices aux consommateurs, l’Artp a décidé, selon une source digne de foi, de la sanctionner lourdement. C’est ainsi qu’il devrait condamner, dans les prochaines heures, la Sonatel à payer au Trésor public la rondelette somme de 6 milliards 393 millions 600 mille francs Cfa. Cette somme fait le double de la sanction pécuniaire que l’Artp avait, une première fois, infligée à la Sonatel. C’était le 26 janvier dernier et la société du téléphone avait été alors condamnée à payer 3 milliards 196 millions 800 mille francs Cfa, suite à un défaut de service constaté. Cependant, la Sonatel qui avait un délai de deux mois pour s’exécuter, avait introduit un recours en appel dont l’examen par le Conseil d’Etat devait intervenir ce mercredi. Mais, avec la nouvelle donne introduite par les perturbations d’hier aussi bien à Dakar que dans la banlieue (Thiaroye, Pikine et Guédiawaye), le Conseil d’Etat aurait décidé de renvoyer l’examen de ce recours à une date ultérieure, tenant compte des nouveaux éléments versés au dossier.

Selon un membre de l’Artp, c’est de cette manière seulement que l’Agence de régulation peut amener la Sonatel à rompre d’avec ‘ses pratiques qui ne collent pas aux réalités du monde moderne’. Et selon notre interlocuteur, aussi longtemps que la Sonatel récidivera et ne respectera pas son cahier de charges, l’Artp continuera à lui en faire payer les frais. Et notre source de rappeler que la première sanction est intervenue après que la Société nationale des télécommunications eut fait la sourde aux avertissements et autres mises en demeure de l’Artp.

Du côté de la Sonatel où on s’excuse, à travers un communiqué, pour les désagréments ainsi causés, l’on soutient que les problèmes intervenus hier sont consécutifs aux ‘travaux menés sur le réseau’ dans le cadre du ‘programme d’extension et de modernisation de son réseau mobile Orange’, dont le but est ‘d’améliorer la qualité des communications et d’introduire des services innovants’ au profit des consommateurs. C’est dans ce cadre, explique-t-on, ‘qu’un incident est survenu hier à partir de 10 h 40 mn, entraînant des perturbations à Thiaroye, Pikine et Guédiawaye et une interruption du trafic dans les quartiers Plateau et Médina’. Mais le trafic sera rétabli à midi à Pikine, Guédiawaye et Thiaroye et à 14 h à la Médina et au Plateau.


À voir aussi

Les Nominations du Conseil des ministres du 14 novembre 2018

Au titre des mesures individuelles, le Président de la République a pris les décisions suivantes : …

Communiqué du Conseil des ministres du 14 novembre 2018

Le Président Macky SALL a réuni le Conseil des ministres, mercredi 14 novembre 2018 à          …