Accueil / SANTE / L’accès équitable à des services de santé de qualité, « une priorité nationale »

L’accès équitable à des services de santé de qualité, « une priorité nationale »

Le ministre de la Santé et de l’Action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr, a réaffirmé l’ambition de son département de travailler à un accès équitable des citoyens à des services de santé de qualité, une option selon lui érigée au rang de « priorité nationale ».

Dans ce cadre, la santé communautaire constitue « un pilier important » en ce qu’elle est basée sur une approche fondée sur l’engagement des populations à « participer activement » à la prise en charge de leur propre santé, a-t-il déclaré vendredi à Popenguine-Ndayaane (Mbour, ouest).
Le ministre de la Santé et de l’Action sociale y participait à un forum de trois jours sur la santé communautaire, sous l’égide du district sanitaire de la localité, qui polarise les communes de Diass, Sindia et Popenguine-Ndayaane.
« L’institutionnalisation de la santé communautaire » était l’un des thèmes au menu de cette rencontre qui a également porté sur « le partage des innovations des interventions spécifiques dans des domaines prioritaires de la santé communautaire » et « le financement de la santé communautaire ».
Selon Abdoulaye Diouf Sarr, ce forum auquel participaient des acteurs sanitaires de la sous-région ouest africaine, « revêt une importance capitale » dans la mise en œuvre des politiques édictées par les pouvoirs publics sénégalais, qui accordent la « priorité au développement du capital humain ».
« Je magnifie cette belle initiative du donner et du recevoir entre toutes les parties prenantes de la santé communautaire pour garantir des services de qualité dans un environnement durable et résilient », a dit Abdoulaye Diouf Sarr.
Il a fait part de sa satisfaction à l’endroit du personnel et autres acteurs communautaires des différents districts sanitaires du pays, qui travaillent tous selon lui pour améliorer les performances du Sénégal dans le domaine de la santé.
Abdoulaye Diouf Sarr a ainsi invité les autorités territoriales, les collectivités, les partenaires techniques et financiers et les populations à faire de la libre administration des collectivités un principe constitutionnel et le transfert de compétences et de ressources, « une réalité pour le développement dans la solidarité et l’autodétermination » à travers l’Acte 3 de la décentralisation.
« Nous comptons sur l’appui des partenaires techniques et financiers pour mieux formater les dispositifs extrêmement importants de la santé communautaire, visant à améliorer les conditions de travail des médecins et autres agents de santé, notamment communautaires », a lancé M. Sarr.
Les agents de santé communautaire ont leur place dans le dispositif de santé au Sénégal, a-t-il relevé, estimant qu’ils doivent donc être renforcés et dotés de moyens leur permettant de pouvoir contribuer à une meilleure prise en charge de la santé des populations.
Dans cette perspective, le ministre de la Santé et de l’Action sociale a pris l’engagement de prendre, à travers les services compétents de son département, « toutes les dispositions nécessaires pour mettre les agents de santé communautaire dans les meilleures conditions de travail possibles ».
Si l’on en croit le représentant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le docteur Farba Lamine Sall, la politique de couverture médicale universelle (CMU) mise en œuvre au Sénégal est « une option fondamentale » qui permettait de « toucher toutes les populations, même celles des zones les plus reculées » du Sénégal.
« Je voudrais dire à tel point les partenaires au développement sont rassurés que les programmes qu’ils soutiennent connaissent une déclinaison communautaire », s’est réjoui M. Sall, révélant que les partenaires techniques parmi lesquels l’OMS sont engagés dans « une phase importante » de leur coopération avec le Sénégal, qui va les amener à davantage investir sur la prise en charge des maladies transmissibles, entre autres.
Aps

À voir aussi

“And Gueusseum” lance son 10è plan d’actions

L’alliance “And Gueusseum” va lancer son 10è plan d’actions. Mballo Dia Thiam et ses camarades …

Sida: 43000 personnes vivent avec le Vih au Sénégal

Environ quelques 43 mille personnes, dont 70 % ont fait l’objet de dépistage, sont infectées par …