SOCIETE

L’affaire Mamadou Lamine Massaly renvoyée jusqu’au 20 juillet prochain L’agent judiciaire de l’Etat a argué des raisons de santé

  • Date: 15 juillet 2015

 Sur demande de l’agent judiciaire de l’Etat, le procès de Mamadou Lamine Massaly a été encore renvoyé. Le motif évoqué par M. Boubacar Bâ est qu’il n’est pas en état de plaider le dossier, pour cause de souffrance. L’affaire sera finalement jugée lundi 20 juillet.

Le responsable libéral, Mamadou Lamine Massaly, était au tribunal des flagrants délits de Dakar, dans le cadre de son procès qui l’oppose à la Gendarmerie. Le jeune libéral de Thiès est poursuivi pour diffamation sur un corps constitué et outrage à agent dans l’exercice de ses fonctions. Dernièrement, l’affaire avait été renvoyée, sur demande du parquet, pour permettre toutes les diligences afin que la salle 1 du palais de justice de Dakar soit équipée d’un matériel de sonorisation. En effet, l’élément sonore a été produit et enregistré sur une clé Usb. Ainsi, le tribunal dispose-t-il de tous les éléments d’appréciation pour un procès juste et équitable. Hier, toutes les conditions étaient réunies pour la tenue de cette audience qui en est à son énième renvoi. A la surprise générale, l’agent judiciaire de l’État (Aje) a sollicité le renvoi, en invoquant des raisons de santé. Selon M. Boubacar Ba, il n’est pas en mesure de plaider le dossier, parce qu’il est souffrant.

La réaction de la défense ne s’est pas fait attendre et c’est Me Abdou Dialy Kane qui va prendre la parole pour dire que  leur client ne peut plus voyager, à cause du procès. «Vous avez un mauvais dossier, c’est la raison pour laquelle vous renvoyez partout», a lancé la robe noire. Cependant, le juge avait déjà noté le renvoi demandant aux parties de choisir une date. La défense a choisi la date de demain jeudi, mais, l’agent judiciaire de l’Etat a estimé que la date ne lui convenait pas. Sur ce, le juge a finalement retenu lundi 20 juillet. Pour mémoire, Mouhamadou Lamine Massaly est poursuivi pour outrage à agents dans l’exercice de leur fonction et diffamation sur un corps constitué, notamment la gendarmerie. A la suite de sa garde-à-vue à la Section de recherche de la gendarmerie, le responsable libéral avait, après sa libération par le parquet, qualifié les pandores de «gendarmes politiques» qui l’auraient brutalisé et séquestré. Depuis février passé, Massaly attend d’être jugé, car il a passé trois mois en détention préventive. Ce, à cause de l’appel du parquet qui s’était opposé à sa mise en liberté provisoire par le tribunal des flagrants délits de Dakar, le 3 mars dernier.

Cheikh Moussa SARR

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15