Accueil / ECONOMIE / L’Afrique, un eldorado prometteur pour les FinTechs

L’Afrique, un eldorado prometteur pour les FinTechs

Les startups africaines ont le vent en poupe ! Après une année 2016 record, les investisseurs ont injecté près de 470 millions d’euros dans le capital de 124 startups technologiques africaines en 2017.

Ce chiffre révélé par le fonds de capital-risque Partech Africa dans le cadre d’une enquête annuelle publiée le 20 février 2018, témoigne d’un engouement renouvelé pour les innovations développées sur le continent. De plus, le secteur des technologies financières en Afrique devrait croître de 200 millions de dollars d’ici à 2020, selon le groupe bancaire panafricain Ecobank.

Un passage au numérique déterminant

Malgré l’essor du mobile money et même si 80 % des Africains possèdent un téléphone portable, seul un quart possède un compte en banque. Le passage progressif au numérique devrait toutefois changer la donne. En effet, l’Afrique est désormais à la pointe de la technologie. Les utilisateurs africains représentent plus de la moitié des portefeuilles mobiles dans le monde.

Le Rwanda se démarque avec un nombre de transactions numériques en hausse de 11 % au premier semestre 2017. Cela s’explique par le fait que de plus en plus de revendeurs et commerçant deviennent des points d’accès. Dans cette région, les volumes de transactions sont ainsi passés de 8,6 millions à 119 millions entre 2016 et 2017. Les dernières tendances et technologies sont présentées à travers l’Afrique à l’occasion de diverses rencontres comme le sommet Africa Tech à Kigali, capitale du Rwanda.

L’application mobile rend également accessible les services bancaires à de nombreux Africains. Le Rwanda a la deuxième plus importante utilisation de mobiles en Afrique. Cela devrait encore évoluer dans les prochaines années comme le montre une étude réalisée par le cabinet GlobalData et selon laquelle plus d’un milliard de smartphones devraient être mis en service en Afrique et au Moyen-Orient d’ici à 2021.

Des obstacles persistants

Si le secteur des technologies financières est en plein boom, sur le territoire africain, les obstacles restent nombreux. Effectivement, l’accès à Internet est limité et le coût de téléchargement des données est particulièrement élevé. Plusieurs sociétés tentent toutefois d’y remédier en fournissant un accès à Internet gratuit ou quasi-gratuit aux utilisateurs. La startup TagPay a par exemple créé une plateforme virtuelle de banque qui offre une large gamme de services financiers sur mobile. Elle n’est pas la seule à proposer des solutions innovantes : M-KOPA Solar se sert des unités solaires pour offrir un accès Internet hors réseau ou encore proposer des crédits à la consommation par l’intermédiaire de prêts adossés à des actifs.

Récemment, le fonds de capital-risque français Partech Ventures a lancé Partech Africa, doté de 57 millions d’euros pour investir dans les pépites africaines. Les investisseurs sont eux aussi de plus en plus nombreux à croire en ces FinTechs et à investir en Bourse pour soutenir le développement des nouvelles technologies. Si l’investissement dans une startup présente un risque élevé, l’espoir de gain est tout aussi important. Certaines startups voient ainsi leur capital multiplié par dix ou bien plus.

 

À voir aussi

BRVM: Atépa reconduit  P. C. A

Les Assemblées Générales Ordinaires de la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM) et du Dépositaire …

Importation de la volaille: Le Sénégal maintient toujours l’interdiction

Le ministre en charge  du Commerce, de la Consommation, du Secteur informel et des PME, …