97951fa5bfe96b28b4598c1ccb1f5239

Lamine Bâ, Pds «Il faut d’abord assumer sa responsabilité, avant de critiquer»

 Lamine Bâ, membre du Comité directeur du Parti démocratique sénégalais (Pds) et coordonnateur du Forum libéral et démocrate (Fld) a été, samedi dernier, l’invité du Grand oral. Au cours de cet entretien, sur Rewmi FM, le responsable libéral à Nioro du Rip a abordé plusieurs questions d’actualité, notamment la fronde menée par Modou Diagne Fada et Cie.

Interrogé sur la fronde dirigée par Modou Diagne, l’invité du Grand Oral explique : «je pense que le Pds est un parti où les gens ont accepté de confier volontairement la destinée à un homme, parce qu’il a le mérite, il a prouvé les compétences, il a montré sa disponibilité à tous les niveaux, pour assurer cette lourde charge de conduire le parti, pendant 26 ans dans l’opposition mais, également pendant 12 ans durant lesquels, aujourd’hui, il ne fait plus l’ombre d’un doute que la vision est bonne, que le bilan est très positif pour le Sénégal et, qu’on peut s’appuyer sur ce bilan-là pour se projeter vers l’avenir. Donc, si aujourd’hui, des gens pensent avoir le droit d’agiter le parti et de casser sa dynamique, sans aucun fondement idéologique, cette fronde dirigée par notre frère Modou Diagne Fada tire sa source depuis très longtemps.» Il ajoute : «je l’ai dénoncée, je l’ai vécue, parce que Modou Diagne Fada est le président de la Commission nationale des élections du Pds, il a été investi d’une charge de conduire les élections, de défendre les intérêts du parti et arriver à positionner le parti comme étant la première formation d’opposition d’alors mais, on n’a pas toujours fait le bilan de ces élections-là qui, dans certaines zones du Sénégal, ont été gérées d’une façon discutable.»

Poursuivant, Lamine Bâ précisera : «Fada est le président de notre groupe parlementaire à l’Assemblée nationale, aujourd’hui les difficultés devant lesquelles notre parti fait face pendant 3 ans, quelle a été la posture de notre groupe parlementaire ? A-t-il véritablement porté le combat ? Je ne remets pas en cause ce qu’ils ont fait, ils ont été bons sur certaines situations mais, sur ce qui parait être, aujourd’hui, une priorité pour le parti, entre autres, le combat pour la libération de nos détenus politiques, porter le combat au niveau des instances parlementaires africaines et mondiales, ils ont beaucoup péché. Aujourd’hui, il serait bon d’abord de prendre sa part de responsabilité, de la situer, avant de vouloir tirer à boulets rouges. Dire que rien n’est bon, alors que le parti a fait face pendant 3 ans, avec d’innombrables efforts et sacrifices d’honnêtes citoyens et de militants, me parait léger.»

Cheikh M. SARR

 

Voir aussi

telechargement-2

FINANCEMENTS DES FEMMES DE L’ÉMERGENCE L’Assemblée nationale adoube Moustapha Diop

  La démarche charrie beaucoup de commentaires de la part de ceux qui y voient …