7365813-11341019

L’AMS jetée dans la ‘’Sall’’ polémique

Et c’est parti pour de bon. L’AMS, Association des Maires du Sénégal, est tombée dans l’eau graisseuse et crasseuse du pétrole dont la polémique ne concerne que l’homme Aliou Sall, Monsieur Frère comme dit le confrère Jeune-Afrique, et non le Président de la structure qu’il est.

Il est, d’ailleurs, de notoriété publique que sa seule responsabilité est engagée. Ceux qui le défient y ajoutent surtout la complicité supposée d’une Autorité d’Etat mise dos au mur par des interpellations publiques auxquelles elle peine à apporter des réponses convaincantes et concluantes.

La prise de position unilatérale en sa faveur de l’Association des Maires du Sénégal qu’il dirige, est ainsi une grosse bourde qui a les relents d’une forfaiture commise par un clan partisan et malhabile.

C’est un groupe de Maires, par la voix de Mbaye Dione, S.G de l’AMS, Responsable politique à l’AFP, parti membre du Macky, et Maire de Ngoundiane, qui jette l’AMS dans la polémique au bruit d’un clairon relayé par des souteneurs qu’aucune pertinence n’inspire. Leur agenda est l’adoubement de Aliou Sall et sa défense.

Pour Mbaye Dione, celui-ci « fait l’objet d’une campagne médiatique basée sur des informations non contrôlées frisant la malveillance » avec des « dénonciations calomnieuses sans fondement ».

Et il ose déclarer qu’il « bénéficie de la confiance de tous les Maires du Sénégal ». Il va plus loin, manœuvrant pour ériger l’AMS en bouclier afin de lui faire endosser un soutien politique à l’homme de Pétro-Tim. Et ce soutien ne serait alors qu’un consentement à une pratique nébuleuse qui estropie une ressource nationale par des méthodes clanico-familiales.

Mais ce soutien unanime est une contrevérité qui enrage une grande partie des Maires du Sénégal. Les démarcations ont débuté et vont se poursuivre. Et elles tendent vers une vicieuse polémique interne dont les déclencheurs mal inspirés, ont une prise de position bien calculée, étant fortement ancrée dans le Macky.
Pourtant, avant Aliou Sall, Abdoulaye Baldé s’est vu interdit de sortie du territoire. Un soutien ne lui a été jamais apporté, ne serait-ce que pour le partenariat international de l’AMS dont il était le Président. Aujourd’hui, de nombreux Maires font face à des impairs qui portent préjudice même à leur fonction d’élus. L’AMS ne s’est jamais prononcée.

Ce soutien politicien exprimé par un groupe de Maires tendancieux, illustre donc l’insolite volonté d’une gestion clanique de l’Association des Maires du Sénégal.

Or, en majorité, ces Maires du Sénégal ne sont pas tous de l’APR. Ils ne sont pas tous de la mouvance présidentielle et une grande partie d’entre eux s’est jointe aux questions nationales sur la production nébuleuse du pétrole et des contrats obscurs qui en ont donné la permissivité. Ils veulent des réponses.
Mais parler en leur nom pour défendre Aliou Sall dans un procès populaire et citoyen en cours, est une fourberie politique qui dévie l’AMS de sa mission statutaire et des normes républicaines de neutralité.

Les Maires du Sénégal sont nombreux à exiger une clarification capillaire de l’affaire Pétro-Tim et non un tape-à-l’œil sur fond de forfaitures.

En déclarant le soutien de l’AMS au frère de Macky Sall, Mbaye Dione et Cie jettent la structure dans une polémique qui ne fait que creuser en gouffres empestés la dynamique républicaine.

Inconsciemment, ils font encore de Aliou Sall un petit-frère dont le nom crée partout des conflits au préjudice de son grand-frère dans une République de valeurs.

Mais cette bourde est bien révélatrice du malaise dans lequel patauge la mouvance présidentielle avec le cas Aliou Sall et cette affaire du pétrole.

Le Piroguier

Voir aussi

79981805_gambia_jammeh_g

Yahya Jammeh aux gambiens :  » Vous, Gambiens, avez décidé que je devais partir… »

Rfi.fr- Yahya Jammeh a reconnu sa défaite à l’élection présidentielle ce vendredi soir dans une …