Accueil / International / L’Australie vote largement en faveur du mariage des homosexuels

L’Australie vote largement en faveur du mariage des homosexuels

Les Australiens se sont massivement prononcés en faveur du mariage homosexuel, avec près de 62 % de « oui » lors d’un vote postal qui a duré deux mois. D’après les résultats publiés ce mercredi 15 novembre, tous les Etats et territoires du pays ont voté dans le même sens. La législation doit encore être modifiée pour entériner ce vote.

Dans toute l’Australie, des milliers de partisans du mariage entre personnes du même sexe sont descendus dans la rue, mercredi 15 novembre, pour danser et chanter sous des nuages de confettis.

Près de 62 % des 12,7 millions de personnes qui ont participé au vote postal, une consultation non contraignante, ont soutenu le mariage gay. Les Australiens se « sont exprimés par millions et ils ont voté à une très grande majorité pour l’égalité devant le mariage », a déclaré le Premier ministre Malcolm Turnbull, qui y voit un vote « oui pour la justice, l’engagement et l’amour ». Il souhaite à présent que la loi soit changée avant Noël.

Le vote postal a été particulièrement suivi, avec près de 80 % de participation à la consultation, malgré les craintes que les jeunes générations ne rechignent à s’exprimer par courrier. D’après le Bureau australien des statistiques, qui a organisé le vote, le « oui » l’a emporté partout dans le pays. Le « non » a lui recueilli 38,4 % des suffrages.

Le « oui » doit à présent être entériné par la loi. Le Premier ministre conservateur, lui-même favorable au mariage gay, avait justement organisé cette consultation pour faire pression sur les parlementaires hostiles à la réforme, pour la plupart issus de son propre camp. Malcolm Turnbull s’est dit certain que les parlementaires voteraient « en leur âme et conscience », sans tenir compte de la ligne de leur parti, pour modifier la loi, après des années d’impasse politique.

The people of Australia have spoken and I intend to make their wish the law of the land by Christmas. This is an overwhelming call for marriage equality.

Les partisans du « non » veulent des exceptions

Les partisans du « non » ont quant à eux félicité leurs adversaires, mais prévenu qu’ils chercheraient à obtenir des exemptions et concessions. « En démocratie, ce n’est pas parce qu’on gagne qu’on peut avancer comme un bulldozer », a ainsi déclaré le sénateur Eric Abetz, militant pur et dur du « non ».

Le premier ministre va notamment devoir affronter les tenants de la ligne dure au sein du Parti libéral, auquel il appartient. Ceux-ci vont tenter d’obtenir que les entreprises organisatrices de mariages puissent refuser des couples homosexuels ou que des parents soient en droit de retirer leurs enfants des écoles portant atteinte, à leurs yeux, aux valeurs traditionnelles.

Projet de loi dès le 16 novembre

Malcolm Turnbull et l’opposition travailliste sont favorables à un projet de loi plus simple, qui légaliserait le mariage gay tout en permettant à certaines institutions religieuses de refuser de marier les couples homosexuels si elles sont contre le principe. Un projet qui devrait être présenté au Sénat dès ce jeudi.

Selon un sondage réalisé auprès des parlementaires fédéraux par le groupe de médias Australian Broadcasting Corporation, 72 % des membres de la Chambre des représentants et 69% des sénateurs voteraient pour changer la loi.

Tensions dans la société

Si le vote postal constitue une victoire historique aux yeux des défenseurs des droits des homosexuels, il a aussi révélé de profondes divisions sociétales. Les militants du « oui » ont affirmé qu’il avait déchaîné sur les gays des discours de haine, ceux du « non » se sont plaints d’être accusés de bigoterie.

Avant même l’envoi du matériel de vote en septembre, des affiches « Arrêtez les pédés » avaient été collées à Melbourne et des tracts décrivant l’homosexualité comme une « malédiction de la mort » distribués à Sydney.

Le sujet a divisé au sein même des familles australienne. L’ex-Premier ministre conservateur Tony Abbott a milité de toutes ses forces pour le « non », à l’inverse de sa sœur Christine Forster, qui est lesbienne.

À voir aussi

Un mandat d’arrêt de la Zambie contre Koffi Olomide

Le roi de la rumba congolaise est recherché par la justice zambienne pour l’agression d’un …

Des maillots de la Colombie imprégnés de cocaïne saisis

Le football n’attire pas seulement des passionnés au Mondial : il y aussi des trafiquants …