Confidences

LE « BAYE LAHAT » Entre culture, effet de mode ou protection

  • Date: 19 janvier 2016

Le ‘’Baye Lahat’’ est un mode d’accoutrement de nombre de talibés Mourides. Certains vont même jusqu’à en faire leur port vestimentaire de tous les jours. À l’école comme à l’université, il existe des associations de Mourides qui s’adonnent très souvent au récital des poèmes et chants de Cheikh Ahmadou Bamba Khadimou Rassoul, fondateur de ladite confrérie, en gloire au Messager d’Allah, le Prophète Mouhammad (Psl). Dans certaines entreprises, on retrouve très souvent des Mourides regroupés en association, qui n’hésitent pas à organiser des journées de « Thiante » (prières). Le tout est couronné par un mode vestimentaire communément appelé « Baye Lahat », qui ne laisse personne indifférent et que les « Hizbut », membres de l’association « Hizbut Tarqiyya », se sont définitivement appropriés.

Sans titre

Il est vingt et une heures, au Daara « Hizbut Tarqiyyah Darou Khoudoss », en plein quartier résidentiel de Sacré Cœur 3. Un grand bâtiment de couleur blanche et aux portes noires, attire notre attention. Ici, toutes les chaussures sont laissées à la porte. À l’intérieur, une cour aménagée avec un sable particulier, tamisée et très propre, est réservée aux prestations des kourels (groupes de personnes qui chantent ensemble les Khassaides).

Des photos du fondateur du Mouridisme sont accrochées sur les murs. Des Khassaides se font entendre de partout, l’odeur du très prisé « café Touba » embaume l’air. Vêtus de ‘’Baye Lahat’ (boubous aux manches larges et aux cols brodés), des hommes assis sur des nattes, en forme de cercle, sont en train de chanter en chœur les poèmes de Cheikh Ahmadou Bamba. Très concentrés, ils semblent vouer un grand respect à leur récital de Khassaides.

Après une heure de récital sur fond de concentration, c’est le temps des salutations. Chacun ne veut pas être en reste : ’’ Mouride ma ngui ziaar, naka yité-yi’’ (Mouride  comment allez-vous et les affaires), se disent-ils, en signe de respect, dans une atmosphère décontractée, la main de son interlocuteur au front. La réponse ne se fait pas attendre : ‘’ No ngui sante bu bax ‘’ (nous allons très bien).

Sourire aux lèvres, ces hommes sont très ouverts. Ablaye Mboup en fait partie. Agé d’une cinquantaine d’années à peine, engouffré dans son ’’Baye Lahat‘’ de couleur verte très amidonnée, il nous parle de ce mode d’habillement. Selon lui, cet habit vestimentaire, tel qu’il est actuellement, nous vient du troisième Khalife général des Mourides, Serigne Abdoul Ahad Mbacké, « connu pour son dévouement, son courage et son attachement au fondateur du Mouridisme, Cheikh Ahmadou Bamba, ce grand homme de Dieu qui a influencé tous ses contemporains et même ceux qui sont venus après sa disparition. »

Sur un ton qui mêle détermination et amour, Mboup  révèle que si  le ‘’Baye Lahat’’ est devenu une façon de s’habiller pour beaucoup de Mourides, c’est grâce au Daara Hizbut Tarqiyyah, qui « l’a toujours considéré comme une tenue de soldat. » Car, nous dit-il, le Daara s’était fixé comme objectif de travailler scrupuleusement  au service de Khadimou Rassoul  et s’était autoproclamé soldat de Bamba. Sa doctrine, c’est de former un musulman correct qui soit le fruit de la victoire culturelle du Cheikh sur les ennemis anciens et contemporains de l’Islam.

Ce port vestimentaire était aussi choisi par le Daara pour lutter contre les multiples tentatives de diversion et de déperdition. Toutefois, cette tenue cache d’autres secrets en dehors même de son aspect culturel et stylistique. Car, selon Mboup, c’est « Serigne Abdoul Ahad Mbacké, lui-même, qui avait dit que ce vêtement protège contre Satan.  C’est pour cette raison qu’il avait même donné, de ses propres mains, des ’’Baye Lahat’’ à certains membres du Daara Hizbut Tarqiyyah. » Cependant, pour beaucoup de personnes,  le port du ‘’Baye Lahat’’ constitue une manière pour mieux s’identifier à la culture Mouride.

Quand, en 1914, naquit à Diourbel Cheikh Abdoul Ahad Mbacké, celui qui allait devenir le troisième Khalife général des Mourides, Cheikh Ahmadou Bamba, prenant à témoin ses plus proches disciples, déclara : « Priez pour lui afin qu’Allah lui accorde longue vie car, en lui, je place un espoir immense. » Ce qui fait que nombre de musulmans, en l’occurrence Mourides, ne sont guère surpris que « Baye Lahat », comme l’a respectueusement surnommé la communauté Mouride, ait laissé dans le cœur des Mourides, plus de dix ans après sa disparition, un renom, une popularité et un charisme que rien n’a entamé, à la mesure des espoirs de son illustre Père et Maître.

Khady Coly (Stagiaire)

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15