Accueil / ECONOMIE / Le collectif des journalistes économiques pour un report de la date-butoir

Le collectif des journalistes économiques pour un report de la date-butoir

Après avoir revisité les importants enjeux de l’Accord de Partenariat économique (Ape), le Collectif des journalistes économiques du Sénégal (Cojes) prône la vigilance pour ce qui est de la signature des Ape. Ce Collectif demande un report de la date-butoir prévue pour décembre 2007, afin de mener des études d’impact sérieuses et complètes sur les conséquences économiques et sociales de la mise en œuvre de l’Accord de Partenariat Economique. Ainsi, les journalistes économiques, au sortir de leurs assises, ont interpellé les acteurs étatiques des pays membres de la Cedeao pour les mettre devant leurs responsabilités de bien négocier ces accords, en veillant surtout à la défense des intérêts des populations des pays membres de la Cedeao.

Source : Le Matin
Dans ce même sillage, le collectif exhorte les autorités publiques de l’Afrique de l’Ouest à respecter les engagements issus de la réunion ministérielle d’Accra (Ghana) du 4 août 2004 qui a consacré l’adoption de la feuille de route des négociations pour la région où les deux parties se sont engagées à promouvoir le renforcement de l’intégration régionale et le développement durable dans la région d’Afrique de l’Ouest. Et toujours dans ce manifeste rendu public, ces journalistes économiques sont partis du postulat de base, comme quoi il demeure nécessaire de protéger nos économies encore fragiles, notamment l’agriculture et l’industrie si vulnérables, et dans l’intérêt des organisations de producteurs, des masses paysannes et de la femme rurale, des Petites et Moyennes entreprises (Pme) qui seraient les premières victimes d’un accord mal négocié. Aussi, ce document précise-t-il que l’Ape ne prévoit pas une période transitoire concernant la mise à niveau sur les plans industriels et agricoles.

La signature de l’Ape, si l’on en croit encore le manifeste, entraînerait une baisse des recettes fiscales pour les pays Acp que ne viendrait compenser aucune ressource additionnelle. Et, en considérant que l’Ape remettrait en cause les acquis des pays Acp au niveau de l’Organisation Mondiale du Commerce (Omc) à travers les négociations sur le Cycle de Doha, le Cojes interpelle les pouvoirs publics. Aussi, les journalistes économiques exhortent-ils les entreprises de presse à prendre davantage en compte le débat sur les Ape pour une meilleure sensibilisation des populations de la sous-région. Et ce, tout en montrant également que la coopération pour le développement, le financement du développement et la négociation commerciale ne peuvent être dissociés dans le cadre de l’Ape ou encore que l’accès au marché des pays membres de l’Ue est entravé par des barrières non tarifaires.


À voir aussi

L’Afrique, un eldorado prometteur pour les FinTechs

Les startups africaines ont le vent en poupe ! Après une année 2016 record, les investisseurs …

Flux financiers illicites 50 milliards de dollars américains par an échappent à l’Afrique de l’Ouest

L’Afrique est le continent dont l’économie croît le plus rapidement après l’Asie de l’Est, mais …