Contributions

LE COP21 où comment maintenir les pays pauvres dans le sous-développement !!! (Par Issa Isaac SISSOKHO)

  • Date: 24 novembre 2015

Dans un une étude publiée le 3 Novembre 2015 intitulée « Carbone et inégalité : de Kyoto à Paris », l’économiste Thomas PIKETTY auteur du Best-Seller « Le capital au XXIe siècle » et membre de l’école de la nouvelle économie propose une approche nouvelle de la question de la pollution atmosphérique. En effet, l’idée est la suivante : l’approche de la pollution doit être considérée sur le plan individuel et non par pays, car la quantité de gaz à effet de serre émise dans l’atmosphère est avant tout symptomatique des disparités économiques entre les pays. Par conséquent, il ne faut pas prendre en compte seulement le CO2 produit par pays, mais surtout celui consommé.Dixit Thomas PIKETTY.

Sous ce rapport, on verrait que 1% des plus riches dans le monde, qui sont donc les américains et les européens émettent plus de 200 tonnes de CO2 par an et par habitant, alors que la moyenne dans les pays pauvres est de 2000 fois plus faibles.

Voilà une idée qu’elle est géniale comme dirait Coluche !! En effet, si on y regarde de près, toute cette histoire de pollution de l’atmosphère avec toutes ces conséquences sur la santé, sur l’environnement et l’activité économique mondiale ne concerne que les grands pays industrialisés. C’est maintenant qu’ils ont assuré leur développement, l’ont maintenu à un niveau quasi permanent, qu’ils se soucient de l’environnement et des risques pour l’humanité et les générations futures.

L’approche de Thomas Piketty me paraît juste dans la mesure où il est évident que ce ne sont pas les pays en développement qui produisent le plus de CO2, c’est bien ceux qui consomment la production de la quasi-totalité des biens et de services du monde.

Certes,la ,pollution de l’atmosphère (ou  le réchauffement planétaire) est une question mondiale, mais depuis le protocole de KYOTO, la vérité c’est que personne ne veut payer pour résoudre le problème, les plus industrialisésvoulantcontinuer àbénéficier gratuitement des efforts des plus pauvres.

Il me semble qu’il faut même aller plus loin que la proposition de Thomas Piketty. En effet, les pays pauvres ne doivent avoir aucune obligation dans le protocole qui sera négocié à Paris, car il est clair que si on veut résoudre véritablement le réchauffement planétaire, ce sont les pays lesplus industrialisés aujourd’hui et les plus développés, qui doivent non seulement réduire leurs émissions, mais aussi leur consommation de biens et services. Pourquoi cela devrait être le cas, parce que simplement le modèle qui a prévalu jusqu’à maintenant et qui consiste à dire « business as usual » ne peut plus continuer. Dans le protocole de KYOTO, le principe retenu était que plus un pays polluait, plus il avait le droit de polluer à l’avenir, ce qui veut dire que les Etats Unis par exemple qui polluaient alors davantage, pour assurer et maintenir leur niveau de vie et de développement économique, pouvaient continuer à polluer encore plus. Dans cette logique, les pays pauvres, qui polluaient jusqu’à maintenant peu, devraient continuer à polluer encore moins à l’avenir.

C’est dire que nos objectifs de croissance et de développement économique ne seront jamais, car en réalité pour se développer nous avons besoin de construire des usines, des centrales à charbon, etc… qui nécessairement polluent l’environnement.

En vérité, de quel droit les pays développés sont-ils autorisés eux à polluer plus que nous ? Pourquoi ils ne réduiraient pas leur capacité de pollution et le surplus dégagé affecté aux pays pauvres qui ont besoin de produire des biens ? Le droit à la pollution atmosphérique peut-il être pris en considération dans des instances comme la COP21 ? Sachant, que ce droit même s’il n’est pas intangible, sous-entend un droit au développement économique et social ?

Je voudrais juste poserun débat tout en invitant nos autorités à être vigilants pour ne pas nous embarquer dans des accords qui pourraient impacter négativement les objectifs que nous nous sommes fixés dans le PSE.A défaut, la COP21 serait une grosse supercherie où comment maintenir les pays pauvres dans le sous-développement. Bien entendu, dans ce cas de figure, il ne sert à rien de vouloir fermer les frontières.

Issa Isaac SISSOKHO

Docteur en Droit

Les Plus Populaires
Les plus commentés
Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15