Accueil / ACTUALITES / Le fer du Sénégal vendu au milliardaire Mittal pour 75 milliards par an

Le fer du Sénégal vendu au milliardaire Mittal pour 75 milliards par an

L’Etat sénégalais pourra engranger des revenus moyens de 75 milliards de francs CFA par an à partir des redevances et des 10 pour cent de la production qu’il percevra de l’exploitation des mines de fer du Sénégal oriental (MIFERSO) confiée au numéro un mondial de l’acier ARCELO MITTAL, a indiqué mercredi à Dakar, le ministre des Mines et de l’Industrie, Madické Niang. Le projet d’exploitation des minerais de fer de la Falémé devrait ‘’augmenter de manière significative et directe les ressources budgétaires de l’Etat avec une contribution annuelle estimée en moyenne à 75 milliards de francs CFA en période de production », a indiqué M. Niang qui présidait la cérémonie officielle de lancement du projet.

Source : Aps
Ce montant qui n’est qu’une ‘’moyenne », a précisé le ministre des Mines et de l’Industrie, prend en compte les 10 pour cent de la production qui seront versés à l’Etat, qui pourra les revendre à ARCELOR MITTAL à un ‘’prix majoré de 7 pour cent » ou l’écouler sur le marché.

Pour lui, ces ressources pourraient aider le Sénégal à ‘’atteindre une croissance à deux chiffres ».

Déjà, ‘’dès la semaine prochaine », la société adjudicataire du marché payera un ‘’ticket d’entrée » de ‘’30 millions de dollars US, soit plus de 15 milliards de francs CFA » qui seront versés dans les caisses du Trésor public, a-t-il annoncé.

MIFERSO est un projet intégré, avec quatre composantes : l’exploitation de la mine qui s’étend sur 1100 kilomètres carrés, la construction d’un chemin de fer reliant la Falémé à Bargny-Sendou (plus de 430 kilomètres), et une autre voie entre la mine et Tambacounda, soit 311 kilomètres.

A cela s’ajoute la réalisation d’un port minéralier de tonnage lourd à Bargny, ainsi que d’une unité sidérurgique, pour exporter de l’acier à moitié fini, a expliqué le directeur du projet MIFERSO, Biram Diouf.

Arcelor Mittal Holdings AG s’engage à financer le tout pour un montant global de 2,2 milliards de dollars (1100 milliards de francs CFA), a expliqué Madické Niang, qui a estimé que c’est ‘’le plus gros projet d’investissement jamais réalisé dans la sous région africaine dans le secteur minier ».

Les concessions s’étalent sur 25 ans, a relevé le ministre des Mines et de l’Industrie qui avait à ses côtés le ministre des Transports aériens et des Transports terrestres ainsi que le ministre Ahmed Khalifa Niasse, Roland Verstappen, vice-président de ARCELOR MITTAL et Rajesh Goel, directeur de cette société.

La réalisation des MIFERSO ca créer 20.000 emplois, soit 4000 emplois directs et 16.000 emplois indirects, a relevé Madické Niang, pour qui le projet sera ‘’le plus gros pourvoyeur d’emplois privés du Sénégal tous secteurs confondus ».

S’y ajoute, dans le cadre d’un programme d’investissements sociaux, entre autres, la réalisation d’infrastructures sanitaires, scolaires, ainsi que la formation de 250 Sénégalais grâce à des bourses qui seront offertes par le géant de l’acier.

La capacité du gîte est estimée à 750 millions de tonnes de fer, a expliqué M. Niang, précisant que la société a demandé un délai de 12 mois pour ‘’réactualiser les études » sur les différentes composantes du projet, avant son démarrage.

‘’Le Sénégal est extrêmement bien placé pour ce projet, à cause de sa situation géographique, (…) de ses institutions solides, de ses ressources naturelles », a pour sa part, dit Roland Verstappen, vice-président de ARCELOR MITTAL, qui a donné rendez-vous ‘’dans environ quatre ans pour célébrer la première tonne de minerai ».

Les conditions sont ‘’favorables » pour la réalisation du projet, avec l’importance des besoins de la Chine en fer qui ont fait passer le coût de la tonne de 28 dollars à 65 dollars, a expliqué Madické Niang.

Créé en 1975, le projet a entamé ses explorations et sondages en 1978, mais a connu des ralentissements du fait des ajustements structurels, ainsi que de la baisse des cours mondiaux du fer, a expliqué M. Diouf, précisant que c’est en 2000 qu’une série de promotions ont abouti à un premier contact en mars 2005 avec MITTAL STEEL.

Des négociations engagées avec cette société ont débouché sur la signature, le 21 février dernier, des documents contractuels d’exploitation des mines de fer de la Falémé.

À voir aussi

Enseignement supérieur: L’inauguration des Eno consacre le passage à l’échelle du virtuel

Le secteur de l’Enseignement supérieur est en train de connaître de grandes et profondes mutations. …

Palestine: Un terrain offert à Serigne Touba

L’ambassadeur de la Palestine au Sénégal a révélé, samedi à Dakar, lors d’une rencontre à …