Accueil / FAITS DIVERS / Le feu emporte tous les documents de la mutuelle d’épargne

Le feu emporte tous les documents de la mutuelle d’épargne

Après avoir reçu des menaces et injures par Sms, les femmes d’une mutuelle d’épargne et de crédit saint-louisienne ont vu leur lieu de travail ravagé par un incendie qualifié de criminel. Elles ont déposé une plainte pour “ incendie volontaire, menaces de mort, injures et diffamation ”.

Source le Soleil
Le mardi 24 mai vers 19 heures, un incendie éclatait au siège de la Mutuelle d’épargne et de crédit des femmes de Ndar Guedj (MECFNG), désert à cette heure. La gérante, Rokia Dicko Rodriguez et la caissière, Salimata Bâ Camara, ayant juste quitté les lieux. Après le constat des dégâts matériels, suite à l’alerte donnée par l’agent commercial du quotidien Le Soleil, qui partage les mêmes locaux, ces dernières informent le parrain de la MECFNG qui n’est autre que Me Abatalib Guèye. C’est hier que ce dernier en a informé la presse, après la plainte déposée par son épouse Mme Fatou Guèye, par ailleurs présidente du Conseil d’administration de la mutuelle. Ce sont des femmes navrées d’avoir perdu les documents comptables, “ toute trace et preuve de ce travail de titan de 10 mois, c’est-à-dire, la mémoire de cette activité génératrice de revenus ”, qui ont fait face aux journalistes pour exprimer leur désarroi. Surtout qu’il s’agit manifestement d’un acte criminel prémédité, pensent-elles. En effet, elles ont conservé sur leurs portables, émanant du n° 345 02 50, un SMS envoyé à la ronde à l’heure du forfait, en même temps qu’au PCA, avec des injures et des menaces de mort et d’incendie. Mmes Camara et Rodriguez se souviennent alors également de “ deux malabars ” qu’elles avaient aperçu sortant des locaux et d’autres menaces et accusations d’adultère reçues par leurs conjoints, auxquelles elles n’avaient jusque-là guère accordé d’importance. Selon elles, ce qui les désole surtout, c’est qu’on cherche à annihiler un bel élan, puisque la MECFNG, créée le 16 juillet 2006, constituait une véritable bouffée d’oxygène pour ses 187 membres et groupements féminins.

Selon Mmes Camara et Rodriguez, parties d’une mise de départ de leur parrain de 3 millions de F Cfa, elles enregistraient à la date de l’incendie criminel, 9,8 millions de francs de crédits. Quant à Me Guèye qui se sent directement visé, il estime que cet acte ne fera que l’exhorter à “ faire mieux et davantage ”.

Plainte a été déposée par son épouse auprès de la Brigade de recherches de la gendarmerie, pour “ incendie volontaire, menaces de mort, injures et diffamation ”.


À voir aussi

Il tue son ami, avant de se suicider

Un entrepreneur s’est suicidé ce mercredi à Kounoune avec son pistolet après avoir tué de …

Banlieue Un journaliste menacé de mort

Un journaliste qui travaille dans une télévision privée de la place, a reçu des menaces …