abdoulmbaye_malickgakou

LE LEADER DE L’ACT A RENDU UNE VISITE DE COURTOISIE AU PRESIDENT DU GRAND PARTI-UNE ALLIANCE ENTRE ABDOUL MBAYE ET GAKOU EN PERSPECTIVE

S’achemine-t-on vers une alliance entre le Grand parti de El hadji Malick Gakou et l’Alliance pour la citoyenneté et le travail (Act) de Abdoul Mbaye pour former l’aile dure de l’opposition en plus de Rewmi et du mouvement Tekki ? Car le Parti démocratique sénégalais (Pds) et l’Entente des forces de l’opposition (Efop) sont soupçonnés de se rapprocher du régime de Macky Sall. Hier, l’ancien Premier ministre Abdoul Mbaye en compagnie de responsables de son parti, a rendu une visite de courtoisie à Malick Gakou.

On assiste à une sorte de recomposition de l’opposition depuis que le Président Macky Sall a enclenché le dialogue national. Une initiative qui a fini de créer une suspicion au sein du grand cadre de l’opposition à savoir le Front patriotique pour la défense de la République (Fpdr). Depuis lors, les responsables de partis, selon les affinités et les intérêts du moment, tentent des alliances pour former un front et s’arroger le titre de leaders de l’opposition ou de l’opposition crédible. C’est dans ce sens qu’il faut mettre la visite que le président de l’Alliance pour la citoyenneté et le travail (Act) a rendue au président du Grand parti. En effet, l’ancien Premier ministre Abdoul Mbaye a conduit hier à 18 h, une délégation de son parti pour rendre une visite de courtoisie à El hadji Malick Gakou entouré de responsables du Grand parti. En tout cas, même si on parle de rencontre d’amitié, tout semble indiquer qu’une alliance entre l’Alliance pour la citoyenneté et le travail (Act) et le Grand parti se profile à l’horizon. Car en politique, les rencontres ne sont jamais fortuites. D’autant que la participation du Parti démocratique sénégalaise (Pds) au dialogue national et la libération de Karim Wade est en passe d’effriter le Front patriotique pour la défense de la République (Fpdr) dont les membres ne sont plus sur la même ligne de défense.

Ce bouleversement de l’opposition et la naissance de nouvelles formations politiques ont poussé de nombreux partis à se reconstituer en plusieurs pôles, selon les affinités des leaders. D’où ce rapprochement entre El hadji Malick Gakou et Abdoul Mbaye qui incarnent actuellement, à côté du président de Rewmi, Idrissa Seck et Mamadou Lamine Diallo du mouvement Tekki, l’opposition radicale. Ces partis constituent désormais l’aile dure de l’opposition, d’où leurs sorties virulentes contre Macky Sall et son régime.

La particularité de cette frange de l’opposition, c’est qu’elle était dans la mouvance présidentielle. Elle a quitté la majorité présidentielle parce que Macky Sall n’a pas respecté ses engagements. Et pis, le natif de Fatick est sur les pas du régime de Me Abdoulaye Wade que le peuple avait farouchement combattu. L’ancien Premier ministre Abdoul Mbaye, lui, a été remercié par le chef de l’Etat. D’où son radicalisme à l’endroit du régime. Le second pôle de l’opposition regroupe des partis soupçonnés d’être proches de Macky Sall. Ce sont des partis évincés du pouvoir lors de la seconde alternance. Il s’agit du Parti démocratique sénégalais (Pds) très hostile alors au pouvoir en place jusqu’au rapprochement entre Macky Sall et Me Abdoulaye Wade. Il y a aussi la nouvelle coalition de l’opposition, dénommée l’Entente des forces de l’opposition (Efop) regroupant une quinzaine de partis. Modou Diagne Fada, Aliou Sow et Souleymane Ndéné Ndiaye, qui incarnent l’Efop, restent aux yeux de l’opinion des amis du Président Macky Sall et peuvent le rejoindre à tout moment. Ce, malgré leur discours acerbes contre le régime.

Quant aux libéraux, leur ardeur est douchée le protocole de Doha qui a abouti à la libération de Karim Wade en plus de leur participation au dialogue national. L’opinion ne sera pas surprise de voir les libéraux rejoindre la mouvance présidentielle.

L’As

Voir aussi

telechargement-1

SEYDOU GUEYE REPLIQUE A CHEIKH BAMBA DIEYE «La myopie politique renvoie à une vision sombre des choses»

Cheikh Bamba Dièye avait  presque tourné en dérision la récente sortie du chef du gouvernement …