POLITIQUE

LE  M23 SUR LA SITUATION NATIONALE DU PAYS « C’est le statu quo total »

  • Date: 25 juin 2016

Le 23 juin 2011, le peuple sénégalais s’est levé, comme un seul homme, pour dire non à une quelconque violation de la Constitution de notre pays par le régime de Wade. Cinq ans après, rien n’a bougé. C’est l’intime conviction du  Coordonnateur du M23 à Ziguinchor. En effet, Seydou Goudiaby a profité de ce jour d’anniversaire pour rappeler au président de la République que le Mouvement du 23 juin est encore là.

23 juin 2011 – 23 juin 2016, voilà 5 ans, jour pour jour, que les Sénégalais se souviennent  du soulèvement populaire de citoyens devant l’Assemblée nationale pour barrer la route à ce qu’ils appellent la loi anticonstitutionnelle du président Wade. Ce 23 juin 2016, plusieurs manifestations ont été enregistrées à travers le Sénégal. Dans la capitale Sud du pays, le patron du M23, bien qu’absent de Ziguinchor, a tenu à se faire entendre à travers les médias. Joint au téléphone, Seydou Goudiaby s’est d’abord félicité du résultat que le mouvement a obtenu en cette période (juin 2011) malgré la pression qui pesait sur ses responsables et des jeunes soucieux du devenir de leur pays avant de dire toute son amertume sur la gestion du pays par Macky Sall. « Nous nous sommes battus pour un Sénégal démocrate et émergent, mais malheureusement nous avons constaté que rien n’a changé, en commençant par les comportements des dirigeants de ce pays et les promesses du président de la République qui sont en stand-by depuis son élection en 2012 », s’indigne-t-il au bout du fil. Selon Seydou Goudiaby, le M23 est encore vivant et qu’il se remobilise pour faire face au régime de Macky Sall s’il continue de gérer le pays à l’aveuglette.

Le Coordonnateur du Mouvement du 23 juin, dans la région de Ziguinchor, s’est également prononcé sur des sujets brûlants de l’actualité au Sénégal. En premier, le cas Karim Wade. La grâce dont Wade-fils doit probablement bénéficier est perçue par Seydou Goudiaby comme du cinéma de haut niveau. « Écoutez, grâce ou amnistie, moi je pense que c’est du cinéma de haut niveau. Autre chose, je suis offusqué de voire que c’est seul Karim Wade qui a été poursuivi pour enrichissement illicite. Où sont alors les autres anciens ministres de Wade cités dans cette affaire ? », s’interroge-t-il. Notre interlocuteur a également dénoncé le fait que des milliards aient été mobilisés pour traquer des voleurs et que le résultat soit nul. « Nous, la grâce ne nous intéresse pas, c’est plutôt nos milliards volés et planqués dans des banques européennes qui nous préoccupent. Donc, si l’affaire Karim passe comme ça, c’est une manière de dire aux gens venez, enrichissez-vous et partez », s’indigne M. Goudiaby.

L’affaire des impôts impayés par l’Assemblée nationale préoccupe sérieusement le Coordonnateur du Mouvement du 23 juin dans la région Sud du pays. À l’entendre parler, nous avons l’impression que cela n’est pas une surprise pour lui. « Vous s’avez, nous avons toujours dit que c’est la législature la plus médiocre de l’histoire parlementaire sénégalaise. Ceci, c’est encore une bonne preuve de ce que nous avons toujours avancé », s’exclame-t-il au téléphone avant de dire que c’est une catastrophe. « Où va ce pays si une institution comme l’Assemblée nationale refuse de payer ses impôts, où va-t-on », peste-t-il. Avant de raccrocher son téléphone, Seydou Goudiaby a vivement remercié l’Inspecteur des impôts, Ibrahima Sonko, pour son courage et le ministre des Finances pour son honnêteté sur cette question qui intéresse plus d’un au Sénégal.

Abdourahmane Diallo  (Correspondant à Ziguinchor)

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15