téléchargement (3)

Le médecin Nahor Ngawar sur la mort d’Idriss Miskine- « J’ai délivré un faux diagnostic pour assurer ma sécurité »

Le procès de Hissein Habré a été marqué, hier, par le témoignage du médecin Nahor Ngawar. Ce dernier a déclaré avoir délivré un faux diagnostic pour justifier la mort d’Idriss Miskine, ministre des Affaires étrangères sous Habré et par ailleurs 2e personnalité du pays. D’autres personnes indiquent que Miskine serait empoisonné par l’ancien président tchadien. 

La mort d’Idriss Miskine, ancien ministre des Affaires étrangères du Tchad sous Hissein Habré et par ailleurs 2e personnalité du pays a encore était abordée, hier, à la barre des Chambres africaines extraordinaires (Cae). C’était lors de la comparution du médecin Nahor Ngawar. Devant les juges, le témoin a indiqué qu’il a été appelé le 4 janvier 1984 pour veiller au chevet du ministre qui était mourant à l’époque. « Lorsque je suis venu,  je l’ai trouvé paralysé et il avait la fièvre. Pis, il était dans le coma. Ainsi, j’ai dit aux autorités que Miskine devait être conduit en urgence à l’hôpital mais ces dernières m’ont demandé de le soigner sur place », a déclaré le témoin. Selon lui, au lendemain de la guerre, les hôpitaux de Ndjamena n’étaient pas dotés de matériels et ils travaillaient dans des conditions très difficiles.  C’est la raison pour laquelle, explique-t-il, avec le docteur Amara Touré, ils ont demandé la contribution des médecins français notamment un cardiologue et un ophtalmologue (…) « Lorsqu’on a commencé le traitement, les choses semblaient s’améliorer pour le ministre. Il commençait à bouger. C’est sur ces entrefaites qu’on nous a demandé de rentrer pour aller nous reposer parce que nous avions suivi le malade de 15 heures à 21 heures », précise martelé Nahor Ngawar. Avant de poursuivre : « Cependant, on nous a rappelé vers 2 heures pour nous dire que le ministre n’allait pas du tout bien. Lorsque je suis revenu, j’ai demandé à ce qu’il soit évacué en urgence mais les gens avaient refusé. C’est quelque temps après qu’il est décédé ».

« Pourquoi j’ai dit aux autorités qu’une autopsie n’était pas nécessaire »

Il faut dire que le ministre est décédé des suites de sa maladie. Selon le témoin, les autorités attendaient la mort de Miskine. Car, elles se sont opposées à son évacuation sanitaire et à son hospitalisation. « À l’époque, il n’était pas possible de faire une autopsie à Ndjamena. D’ailleurs, pour des questions de sécurité, j’ai dit aux autorités que l’autopsie n’était pas nécessaire », a ajouté le médecin. Devant le prétoire, hier, le témoin a reconnu avoir établi un faux document pour justifier la mort de l’ancien ministre. « Après la mort de Miskine, j’ai produit un faux diagnostic parce que ma vie était en danger. J’ai délivré un certificat pour dire que le ministre est mort des suites de neuro-paludisme », a dit Nahor Ngawar selon qui, Idriss Miskine a probablement était intoxiqué mais dans le contexte, il fallait qu’il produise un faux diagnostic pour sa sécurité. « J’avais peur de dire à mon directeur que le document était un faux. On ne pouvait pas évoquer le diagnostic à un confrère de peur d’être arrêté par la machine de la Dds », a-t-il dit aux juges.

« Miskine serait mort des suites d’une intoxication »

Avant la mort d’Idriss Miskine, le témoin a déclaré qu’il a été convoqué par un homme fort de la Dds. « Il faut dire que j’ai été convoqué par Bichara Chaibo me demandant s’il pouvait avoir les produits que l’hôpital fournissait à la mairie pour tuer les chiens enragés. J’ai dit qu’il y a une procédure spéciale pour les avoir et que je ne pouvais pas les lui fournir. Le dimanche suivant on a constaté un cambriolage dans la pharmacie de l’hôpital et que seul l’arsenic en stock a été emporté », a-t-il révélé. Suffisant pour le témoin de dire que Miskine serait mort des suites d’une intoxication. « Les amis de Miskine que j’ai trouvé chez Oumar Adamou m’avaient indiqué que Miskine était en train de manger et de jouer aux cartes avec ses amis. Ensuite, il a piqué un malaise. Je n’en ai pas la preuve matérielle mais Idriss Miskine a été empoisonné », a encore dit le témoin.

Cheikh Moussa SARR

Voir aussi

telechargement-6

INSECURITE ET SERIE DE MEURTRES Oumar fait … Maal aux Sénégalais

Le sang jaillit, coule et coule encore. Les esprits et les regards des citoyens sont …