Accueil / FAITS DIVERS / Le meurtrier recouvre la liberté après quatre années de détention

Le meurtrier recouvre la liberté après quatre années de détention

La première affaire jugée à la cour d’assises de Thiès le lundi 16 juillet a vu l’acquittement de l’accusé El hadji Makhtar Sall, après 6 ans de détention pour viol suivi de meurtre. Hier, c’était au tour de M. Abdoulaye Bâ âgé de 61 ans de recouvrer la liberté à son tour après quatre années de détention pour avoir donné la mort à son ami Moussa Ndiaye, âgé de 56 ans. Il lui avait asséné un coup de couteau au niveau de la poitrine. Les faits ont eu lieu le 20 février 2003 à Mboro.

Source le Matin
La particularité de ce deuxième jour d’audience de la cour d’appel de Thiès fut la présence de l’édile de la ville où le crime a été commis. M Djibi Yade, s’est présenté devant la barre comme témoin puisque son nom revenait souvent dans les différentes déclarations des témoins aussi bien à la gendarmerie que devant le juge d’instruction. En effet, c’est à cause de Djibi Yade que les deux amis se sont disputés jusqu’à ce que mort d’homme s’en suive. Le 20 février 2003, Abdourahmane Kâ, un ami commun à Djibi Yade, Abdoulaye Bâ l’accusé et Moussa Ndiaye la victime, revenait de la Mecque et une cérémonie avait été organisée à son honneur chez lui. Les derniers nommés Abdoulaye Bâ et Moussa Ndiaye, l’un après l’autre s’étaient retrouvés chez Abdourahmane Kâ pour rendre hommage à leur ami qui revenait des lieux saints de l’islam. Après avoir partagé ensemble le déjeuner et prié ensemble à 14 heures, ils avaient décidé de prendre congé de M. Ka.

Une fois hors de la maison aux environs de 16 heures, alors que Abdoulaye Bâ discutait avec des amis Mamadou Sow et Aliou Sow, le maire de Mboro qui venait lui aussi rendre visite à son ami Abdourahmane Ka est arrivé sur les lieux. Abdoulaye Bâ, après avoir salué son responsable politique en l’occurrence le maire de Mboro, a reproché à Aliou Sow d’avoir négligé le maire qui a pourtant sacrifié à la tradition des salutations d’usage. Trouvant les deux amis en train de discuter sur la question, Moussa Ndiaye avec un ton de reproche interpelle Abdoulaye Bâ en lui ordonnant d’arrêter de parler politique dans une cérémonie religieuse. Celui-ci rétorqua qu’ils ne parlaient pas de politique. Non content de cette réplique, Moussa Ndiaye engage une dispute allant même jusqu’à insulter de mère Abdoulaye Bâ.

Ce dernier envahi par une colère aveugle dégaina son couteau et le planta dans la poitrine de son ami avec qui il n’a jamais eu d’altercation par le passé, occasionnant du coup une plaie de 2,5 à 3 centimètres de profondeur et de 0, 5 centimètres de largeur selon l’observation du médecin légiste. Moussa Ndiaye s’étant affalé, Abdoulaye Bâ se rendant compte qu’il avait commis l’irréparable non sans regret, a décidé de se rendre à la gendarmerie en reconnaissant avoir tué un homme.

Pendant ce temps, le maire de Mboro loin de tout cela était en pleine discussion avec son hôte quand une personne s’est présentée devant Abdourahmane Ka pour lui annoncer la nouvelle. Devant la cour, l’avocat général après sa plaidoirie a tenté de faire croire à la cour que l’accusé a commis un meurtre intentionnel et a requis 10 ans de travaux forcés. Les avocats de la défense ont eux aussi essayé de prouver l’absence d’intention dans ce crime. La cour après délibération a reconnu Abdoulaye Bâ coupable de meurtre mais sans intention. Elle l’a ainsi condamné à trois ans ferme. Une condamnation synonyme de libération pour le coupable qui a déjà purgé quatre ans. Aujourd’hui, Korba Sall sera devant la cour pour répondre lui aussi, du délit de meurtre.


À voir aussi

Meurtre de Mariama Sagna: «Y a rien de politique»

Amadou Seydi, le procureur du tribunal de la grande instance de Pikine, a confirmé la …

Lycée Médina Sabakh : un professeur arrêté pour détention de “yamba”

Selon les informations de Liberation, un professeur d’Histoire et de Géographie a été arrêté au …