téléchargement (1)

Et si on en parlait… Le ministère de l’Intérieur, une énigme pour Macky Sall

Macky Sall est face à une énigme pour la nomination d’un ministre de l’Intérieur. Abdoulaye Daouda Diallo, ministre partisan et engagé à la base, lui a fait preuve d’une loyauté sans faille, une loyauté scrupuleuse qui l’a même conduit à des erreurs décriées par tous.

Aujourd’hui, Macky Sall envisagerait de le muter ailleurs. Mais qui pour le remplacer ? On ne donne pas ce ministère de l’Intérieur à n’importe qui en raison du rôle qu’il joue pour tout État.

C’est par ce Ministère que le président de la République  a une mainmise sur l’État et l’ensemble du territoire. C’est par ses services que le chef de l’État est destinataire privilégié de renseignements et des informations capillaires sur tout et sur tous. C’est une institution qui est au cœur de l’Administration et qui assure l’autorité de l’État sur tout le territoire. Quand un ministre de l’Intérieur est amorphe, la Nation périt. Mais quand il est zélé et sans état d’âme, il écrase parce qu’il tient un service opérationnel appelé à agir et à réagir à tout moment. Tous les services d’ordre et de répression sont sous son autorité. Autant il est le garant du libre exercice et du respect des libertés publiques, autant il met à l’abime cette liberté quand le pouvoir n’y trouve pas son compte.

La classe politique et la Société civile sénégalaise en savent bien quelque chose.

Un ministre de l’Intérieur est surtout un exécutant et un exécuteur, parfois appelé à accomplir même de sales besognes pour l’intérêt du régime auquel il appartient.

Macky Sall connait le rôle et l’importance de ce Ministère pour l’avoir occupé. Si le nom d’Ousmane Ngom est avancé, c’est parce qu’il connait l’homme et sait mieux que quiconque ce dont il est capable. Mais déjà, dans son propre parti, dans son camp, personne ne veut de cet homme. Personne ! Moustapha Diakhaté, Président du Groupe parlementaire de la majorité à l’Assemblée nationale a été ferme et sans équivoque. Faire revenir Ousmane Ngom aux affaires est un scandale inadmissible.

La Société civile et toute la classe politique est enragée contre cette éventualité. La situation est donc bien énigmatique pour Macky Sall. Il ne peut confier ce ministère à quelqu’un d’un autre parti. Or, dans son propre parti, les profils sont multiples pour assumer la responsabilité de ministre de l’Intérieur. Mais la complexité et l’absence d’expérience et une insuffisance de maitrise de l’État de beaucoup de hauts responsables de l’APR constituent une barrière.

Or, le Sénégal va à des Législatives qu’organise le ministre de l’Intérieur. Pour l’intérêt du régime et de Macky Sall pour qui une majorité parlementaire relevant de lui est fondamentale pour une victoire en 2019. Et un ministre de l’Intérieur crédible, loyal et chevronné lui est nécessaire d’abord pour l’image de son pouvoir, ensuite pour la fiabilité de l’Administration et enfin pour l’intérêt de son parti et de son régime.

Il n’est pas à l’heure où un Général d’Armée devrait être responsabilisé à ce niveau. Mais tous les regards sont posés sur lui et il le sait. Ce qui est certain est que tout futur ministre de l’Intérieur qui mettrait à l’abime les libertés publiques jusqu’à commettre ce que l’autre a commis avec la mort du jeune Mamadou Diop fera face à la Nation.

Voir aussi

telechargement-1

AFFAIRE DES APPARTEMENTS DE PARIS La justice française tranche en faveur de Karim et Bibo

L’Etat du Sénégal a été débouté, hier, par la 32ème chambre du tribunal de grande …