Accueil / ECONOMIE / LE MINISTRE Khoureïchi Thiam DANS LA VALLEE : « Dans deux ans, le sucre sénégalais sera compétitif »

LE MINISTRE Khoureïchi Thiam DANS LA VALLEE : « Dans deux ans, le sucre sénégalais sera compétitif »

Le ministre du Commerce Khoureïchi Thiam a effectué une tournée dans le delta et la vallée du fleuve Sénégal, en vue de s’enquérir des conditions dans lesquelles évoluent la compagnie sucrière sénégalaise, la SOCAS (société de transformation de tomate) et autres unités industrielles installées dans la région Nord.
Accompagné du gouverneur Mouhamadou Moustapha Ndao, de Amadou Niang et Alioune Cissé, respectivement directeurs du commerce intérieur et de l’Agence de régulation des marchés, de ses proches collaborateurs, le ministre Khoureïchi Thiam a, dans un premier temps, visité l’usine de la CSS, avant de se rendre dans les champs de canne à sucre, qui s’étendent à perte de vue.

Le directeur général de la CSS, André Froissard, a saisi cette occasion, pour rappeler que les sénégalais consomment en moyenne 130.000 tonnes de sucre par an, que la production annuelle de sucre de la CSS oscille entre 80.000 et 145.000 tonnes et qu’il faut 975.000 t de canne pour produire 98.000 t de sucre.

Cette année, a-t-il poursuivi, la CSS va importer 35.000 t de sucre pour combler le gap (contre 45.000 t l’année dernière) et espère bien collaborer avec le gouvernement pour réduire à un seuil économiquement acceptable la perte financière liée à cette importation qu’elle enregistre chaque année. M.Froissard a également révélé que sa compagnie envisage de mettre en valeur l’année prochaine une superficie de 8750 hectares (sur une surface disponible de 12.000ha) , de réaliser une pépinière sur 200 ha, de récolter un million de tonne de canne, ce qui pourrait lui permettre de produire 105.000 tonnes de sucre. La CSS qui fait un chiffre d’affaires de 60 milliards par an et qui distribue chaque mois une masse salariale de 1,2 milliard Cfa, espère ainsi enregistrer un rendement de 124 tonnes de canne à l’hectare, rendre fonctionnelle à la fin du mois de juin prochain sa distillerie afin de pouvoir valoriser la mélasse (substance qui ressemble au goudron). Ce qui lui permettrait de produire l’alcool de bouche, de pharmacie ou de parfumerie, et de l’éthanol pur (par un système de déshydratation successive). La distillerie pourrait produire 10 à 12 millions de litres d’alcool par an. À partir de l’éthanol pur, la CSS pourrait produire du biocarburant.

Le directeur général de la CSS a laissé entendre que dans les années à venir, les paysans de la compagnie pourraient devenir des pétroliers.

Après avoir visité la Laiterie du Berger de Richard-Toll et l’usine de la SOCAS située à Savoigne dans la communauté rurale de Ross-Béthio, le ministre du Commerce a tenu un point de presse au ranch de Bango.

Il s’est adressé ainsi à la presse pour rappeler que la CSS et la SOCAS sont les fleurons de l’industrie sénégalaise, que la laiterie du berger doit être bien encadrée, assistée par le gouvernement et ses partenaires car, a-t-il précisé, c’est une unité industrielle qui prêche par l’exemple. Le ministre Khoureïchi Thiam s’est déclaré satisfait de ce qu’il a vu et entendu dans le cadre de cette tournée, avant de déplorer avec la dernière énergie les conséquences désastreuses de la fraude considérée comme un fléau pernicieux qui continue de gangrener l’économie sénégalaise.

Il a à ce propos, émis le vœu de collaborer étroitement avec ses collègues de Forces Armées , de l’Economie et des Finances, pour mieux faire face à cette fraude. Il a également souligné qu’il compte entièrement sur l’appui du Chef de l’Etat et du Premier Ministre pour équiper la Direction du commerce intérieur.

Le ministre du Commerce n’a pas manqué de se réjouir des performances de la CSS, qui parvient à faire travailler plus de 6000 pères de familles, à produire entre 100.000 et 130.000 tonnes de sucre par an et qui envisage de se lancer dans la production d’éthanol et de biocarburant.

Parlant de la SOCAS, le ministre a loué la qualité du travail de cette industrie qui entretient correctement ses usines où la propreté est érigée en règle. Il a surtout promis de réfléchir sur les voies et moyens à mettre en œuvre pour favoriser une concurrence saine et loyale entre la SOCAS et d’autres industriels qui produisent de la tomate concentrée. Ces derniers, selon Khoureïchi Thiam, devraient pouvoir s’installer dans la vallée au même titre que la SOCAS et acheter une bonne partie de la production des paysans.

La CSS relève le défi de la communication

Dans les innovations de taille de la CSS, figure en bonne place, la décision de publier tous les mois un journal pour rendre compte de ses activités, rappeler ses objectifs, mettre en exergue ses réalisations, ses difficultés, ses projets, enjeux et perspectives.

Dans l’édition de Février 2007, le nouveau directeur général André Froissard a précisé que les changements à la CSS s’expriment, depuis quelques temps déjà, sous toutes leurs formes. Et son arrivée au sein de cette compagnie est un des multiples actes posés dans cette dynamique d’évolutions.

Beaucoup de sociétés installées de par le monde et plus particulièrement au Sénégal, ont subi ou affiché des difficultés qui, non surmontées à l’entrée du troisième millénaire, ont remis en cause leur survie, voire hypothéqué définitivement leur avenir.

Fort heureusement, a-t-il poursuivi, la CSS symbolise une exception remarquable, en ce sens, qu’elle est une entreprise performante grâce à son personnel, ouverte au modernisme à la faveur d’un apport en nouvelles technologies, consolidée par le professionnalisme et la pertinence de son encadrement.

Elle se lance à l’assaut du XXIe siècle, garantissant ainsi ses emplois et assurant de surcroît sa pérennité. D’ailleurs, le déclin des rendements, fortement souligné par le PDG en décembre 2005, a été partiellement enraillé et, si l’entreprise est bien sur la voie des gains de productivité, les efforts ne doivent surtout pas céder au relâchement.

En effet, a-t-il rappelé, une vingtaine de milliards de Francs ont été investis au cours de ces trois dernières années pour consolider et moderniser le premier pilier de la CSS qui permettra de conquérir de nouveaux marchés au-delà des frontières du Sénégal.

Par ailleurs, la volonté affirmée de l’actionnaire d’accroître la puissance de production et de lancer la CSS dans de nouvelles activités, détermine le second pilier du développement pour un futur meilleur.

Enfin, a-t-il souligné, l’attachement des travailleurs à leur entreprise et leur fierté d’appartenance à ce fleuron de l’industrie sucrière africaine, constituent le troisième pilier sur lequel doit s’appuyer un climat social serein et une amélioration des conditions de travail pour rendre ce dernier encore plus efficace.

La Laiterie du Berger (LDB) : Une unité qui prêche par l’exemple

Après avoir visité la laiterie du berger de Richard-Toll, le ministre du Commerce s’est réjoui du partenariat qui a été scellé entre des éleveurs et agriculteurs aux traditions et savoir-faire séculaires, et un groupe de jeunes industriels et distributeurs sénégalais, permettant de mettre en place cette unité industrielle dirigée par Bagoré Bathily.

Le ministre Khoureïchi Thiam et sa suite ont pu constater sur place le bon goût fermier de ces produits laitiers et ont bien apprécié les jus locaux naturels produits par la LDB.

Le ministre s’est réjoui de la performance de cette laiterie qui arrive à collecter tous les jours auprès des éleveurs plus de 1000 litres de lait. Il a demandé aux responsables de cette unité industrielle de se rapprocher de la CSS qui pourrait leur prêter les véhicules dont ils ont besoin pour collecter plus de 4000 litres de lait par jour, et de réfléchir sur les voies et moyens à mettre en œuvre pour installer d’autres unités de transformation du lait dans la région de Tambacounda ou dans d’autres régions du pays. Le ministre Khoureïchi Thiam a, au nom du Chef de l’Etat, du Premier Ministre et de l’ensemble du gouvernement, réitéré l’engagement de l’Etat à appuyer cette unité industrielle mise en place par de jeunes sénégalais ambitieux qui contribuent efficacement à traduire en actes la vision du Président Abdoulaye Wade en matière de développement local et de lutte contre la pauvreté et le chômage.


À voir aussi

Pont de Foundiougne- Macky lance les travaux de plus de 40 milliards  de FCFA

Après l’inauguration du tronçon Fatick-Kaolack, les axes Dinguiraye-Nioro du Rip et Keur  Waly  Ndiaye-Passy-Sokone, le …

Port de Dakar Plus de 14 millions de tonnes de marchandises débarquées en 2017

Les débarquements de marchandises au Port autonome de Dakar (PAD), au terme de l’année 2017, …