Accueil / ECONOMIE / Le ministre Khoureyssi Thiam dans le viseur

Le ministre Khoureyssi Thiam dans le viseur

Ils se disent victimes d’ostracisme de la part de Khoureychi Thiam qu’ils accusent de vouloir « régler maladroitement des comptes » après son retour dans ce département. Les commissaires aux enquêtes économiques dénoncent ce qu’ils appellent des « injustices ». Ils se disent prêts à « aller en guerre » pour des conditions de travail « dignes de leur rang de hauts fonctionnaires de l’État ». Interpellé hier, lors de sa rencontre avec le Craes, le ministre du Commerce affirme que ce « débat n’est pas à l’ordre du jour ».

Source : Le Matin
Grogne au ministère du Commerce, de la Consommation et de l’Artisanat. Les commissaires aux enquêtes économiques s’insurgent contre ce qu’ils appellent « l’ère des règlements de compte ». Pour ces derniers, leur ministre de tutelle, une fois installé, a ouvert les hostilités contre les commissaires des enquêtes économiques. « Affectations jugées par la plupart arbitraires, installation d’un climat délétère au niveau de leur lieu de travail ». Tels sont entre autres les points soulevés par nos interlocuteurs qui se disent victimes de leur devoir de réserve. Les raisons de cette attitude « jugée peu orthodoxe » de leur patron résultent dans le fait que, selon eux, Khoureychi Thiam accuse certains d’entre eux de n’avoir pas fourni assez d’efforts lors de son premier passage dans ce département ministériel. Cela pour l’aider dans sa mission.

À en croire nos sources, M. Thiam a la ferme conviction que certains commissaires « s’enrichissent indûment » au détriment de l’administration. « Ils ne travaillent que pour leurs poches », aurait martelé le ministre du Commerce. Autant de raisons qui l’auraient poussé à vouloir « nettoyer les écuries d’Augias ». Suffisant pour que les commissaires aux enquêtes économiques manifestent leur « ras-le-bol ». Ils affirment en chœur que le ministre est venu avec ses « seconds couteaux et un cercle d’amis pour profiter au maximum de son nouveau passage pour régler ses problèmes personnels et politiques ». Selon nos interlocuteurs apparemment déterminés, le ministre entend ainsi mener la vie dure aux fonctionnaires méritants et affiche une volonté de vouloir « faire ce qu’il veut ».

Cela signifie-t-il que le climat est délétère au ministère du Commerce, de la Consommation et de l’Artisanat ? Nos interlocuteurs répondent par l’affirmative. Ils expliquent ne pas comprendre l’attitude d’un ministre qui « refuse de collaborer avec ses grands fonctionnaires ». Pire, selon eux, ils ne peuvent même pas entrer en contact avec leur « patron ». Ce dernier préfère » à les en croire, prendre l’attache des contrôleurs « moins gradés » pour les mettre dans des stations très élevées pour leur niveau, au détriment de ceux qui devraient être là-bas.

Ces fonctionnaires, d’ailleurs, sonnent l’alerte en vue des négociations commerciales déjà entreprises entre l’État pour la signature des accords de partenariat économique. Pour eux, ce ne sera pas une surprise si demain le Sénégal ne présente pas sa position sur ces accords qui doivent entrer en vigueur le premier janvier 2008. Car, jusqu’ici, laissent-ils entendre non sans désolation, « la Direction du commerce extérieur, censée diriger ces négociations, est absente ».

« Difficiles conditions de travail »

Autres difficultés soulevées et non pas des moindres : les conditions de travail. Pour les commissaires aux enquêtes économiques qui se sont adressés à nous, leur département est dépourvu de matériels informatiques et bureautiques dignes de ce nom. Pire, estiment-ils, les bâtiments dans lesquels ils sont installés sont dans un état de délabrement très avancé. Certes, ils reconnaissent que la direction du Commerce extérieur a récemment bénéficié de nouveaux locaux, mais les principales directions du Commerce intérieur ainsi que les services régionaux et départementaux n’inspirent pas « le respect même pour le simple visiteur ».

Le lot de leurs doléances s’agrandit. Nos interlocuteurs renchérissent que l’administration du Commerce est le seul secteur de l’État où il n’existe même pas de véhicules administratifs affectés aux agents. Bref, les commissaires aux enquêtes économiques que nous avons rencontrés se disent prêts à franchir le rubicond pour trouver une solution à leurs problèmes. Tout tenter pour faire face à ce qu’ils appellent « les agissements peu orthodoxes et indignes » de leur ministre de tutelle.


À voir aussi

Rufisque offshore : Total cède 30% à Petronas

La Malaisie met les pieds dans le pétrole sénégalais. Selon Les Echos, Total a cédé …

Mboumba: Le Puma injecte 30 millions pour réhabiliter la canalisation

30 millions de nos francs, c’est le montant que le Puma a injecté pour la …