Accueil / ACTUALITES / Le parti de Idy au bord de l’implosion

Le parti de Idy au bord de l’implosion

Sale temps à Rewmi. Des sources proches de ce parti annoncent une débandade générale des membres clefs du dispositif du maire de Thiès Idrissa Seck. Le départ de Awa Guèye Kébé n°2 de Rewmi, d’Abdou Souley Kidiéra n°2 des jeunesses de Rewmi et d’autres jeunes de ce parti est imminent. Le tout sera couronné par le lancement d’une fronde appelée « Deggue Moudié » vendredi prochain. Sans compter les centaines de militants qui réclament le remboursement de leurs frais de dossier pour les législatives.

Source : L’Observateur
Les dieux de la division ont élu domicile chez le maire de Thiès Idrissa Seck. De sources proches de ce parti, l’horizon est sombre au niveau de Rewmi. Ils sont nombreux des militants de Rewmi qui se sentent frustrés du traitement dont ils font l’objet dans ce parti. Et du manque de considération de la part de Idrissa Seck. Selon nos interlocuteurs, le départ de Awa Guèye Kébé de Rewmi n’est qu’une question de mois voire de semaines. Certains pensent même que ce sera effectif après les élections législatives du 03 Juin 2007. Le numéro deux des jeunesses de Rewmi, Abdou Souley Kidiéra à en croire nos sources s’apprêtent à lancer une fronde appelée « Deggue Moudie » au plus tard vendredi prochain dans l’après-midi. Une occasion pour ces derniers de dénoncer ce qu’ils qualifient de gestion solitaire du parti. Où selon eux les décisions sont prises sans consensus, ni consultation de la base. La dernière décision non consensuelle qui a mis les camarades de Yankhoba Diattara dans cet état, est le boycott des élections législatives. Une décision qu’ils ne partagent pas et sur laquelle ils n’ont pas été contactés. Pour cette raison poursuivent nos interlocuteurs, certains jeunes de Rewmi et des militants à la base comptent participer aux prochaines élections législatives en battant campagne pour un parti ou une coalition de partis. Déjà un des jeunes actifs de cette fronde qui s’annonce, Ibrahima Sané, contacté hier a indiqué qu’il était en tournée de sensibilisation et de mobilisation dans la partie Sud du pays. Pour informer les militants de la méthode de gestion du parti par Idrissa Seck et de la décision unilatérale de boycotter les élections législatives. A l’en croire, partout il est passé, les militants ont tous décidé de participer activement aux prochaines élections en soutenant un candidat ou une coalition de partis. Par conséquent ils iront aux élections législatives sans Rewmi. Déjà fait-il remarquer, ils ont reçu des contacts de la part de beaucoup de partis ou de listes (Ndlr : Pds de Wade, Waar-Wi de Fada, Rp de Mamoune Niasse). Mais pour l’instant ils n’ont pas donné de réponse claire à ces partis. Ils organisent les militants pour là où ils se sentiront plus à l’aise. Des militants réclament près de 40 millions de frais de dossiers Selon toujours nos interlocuteurs, des militants sont en train de s’organiser pour commettre un avocat afin de se faire rembourser les frais de dossiers qu’ils ont déposés pour les élections législatives qui ont été reportées avant d’être finalement boycottées par Rewmi. Il y a selon nos sources plus de 400 dossiers qui ont été déposés. Sur toutes ces questions, expliquent nos interlocuteurs, ils ont rencontré Yankhoba Diattara. Qui a essayé des les en dissuader sans succès. Avec 100 000 Francs pour chaque dossier. Interpellé sur la fronde qui se prépare à Rewmi, le secrétaire national à la jeunesse de Rewmi, Yankhoba Diattara, a indiqué que c’est possible. Avant d’ajouter qu’il s’est entretenu et a discuté avec eux sur leurs projets. Mais qu’ils sont aussi responsables que lui. Mais que pour sa part, il reste plus que jamais engagé à côté de Idrissa Seck. Que rien ne peut l’ébranler ni l’impressionner pour rompre les amarres avec Rewmi. Joint au téléphone, Abdou Souley Kidiéra a confirmé l’information. Il a indiqué qu’il est surpris comme bon nombre de ses camarades de la décision de boycott. Au début, il avait juste cautionné l’idée d’une fronde, mais que maintenant il s’est engagé jusqu’au bout. Et que les prochains jours risquent d’être très déterminants. Sur les remboursements des cautions, Ousmane Thiogane, le chargé de la communication de Idrissa Seck, a indiqué que certains militants ont réclamé leurs sous. Mais il ne pense que cela soit possible dans la mesure où cette caution, d’après les textes, n’est pas remboursable même si l’intéressé n’est pas investi. Toutefois, précise-t-il, avec le cas particulier du boycott, il ne sait pas quelles sont les dispositions qui sont prévues. Nos tentatives d’entrer en contact avec Awa Guèye Kébé ont été vaines.


À voir aussi

Exploitation sexuelle en milieu scolaire: Sexe contre bonnes notes

Human Rights Watch a présenté, hier à Dakar, son rapport «Ce n’est pas normal : …

Contrat d’affermage: La Sde zappée, Suez retenu

L’État du Sénégal a décidé de renouveler le contrat d’affermage relatif à la gestion de …