ACTUALITE

Et si on en parlait…Le policier corrompu, les épinglés de l’OFNAC et les échappés de la CREI

  • Date: 12 août 2016

La vidéo le montrant en marchandage de corruption a fait le tour de la toile. Assane Diallo est son nom. Il est policier et sera un agneau du sacrifice. Mais combien de policiers, dans ce pays, versent dans de telles pratiques ? Dans la circulation comme dans les commissariats, ne sont-ils pas nombreux à corrompre ou à être corrompus dans la plus grande discrétion.

Assane Diallo est du lot, le pauvre ! Et il est tombé. Il sera déféré et une expiation l’attend. Pour 3.000 f CFA ! Or, El Hadji Seck Ndiaye Wade, Responsable politique APR, ex Directeur des Transports routiers, inculpé pour corruption, n’a jamais été inquiété. Au contrairement, il a été relevé de ses fonctions pour être récompensé en PCA du FERA.

Plus grave, l’OFNAC a recueilli des indices graves de faux et usage de faux au COUD. Dans la gestion du Directeur, responsable politique APR et Maire de Ndioum, plusieurs cas de malversations, de détournements de deniers publics ou d’octroi de subventions à des non ayants droit ont été notés. Des millions ont disparus. Mais contrairement au pauvre policier, il est du régime. Il ne sera jamais inquiété.

Et tous ceux qui sont épinglés par l’OFNAC sur la base d’enquêtes fiables et irréfutables pour corruption, concussion, détournements sont à l’abri, l’écrasante majorité étant des gens du système.
La traque de biens supposés mal acquis est limitée à tiers personnalités politiques libérales. Le départ de la très déterminée Aminata Touré a freiné la cadence. Ousmane Ngom et Awa Ndiaye, la femme qui surfactura le prix de cuillère à 37.500 f CFA l’unité, ne seront point inquiétés comme ce pauvre policier promis à une punition pour avoir été corrompu pour 3.000f CFA.

Il y a donc le Sénégal des citoyens lamda et le Sénégal des politiciens intouchables surtout quand ils sont du régime dirigeant. L’impunité et la partialité sont donc réelles et indiscutables dans ce pays.

Cette partialité dans la lutte contre la corruption, le détournement de deniers publics et la concussion et cette impunité dont jouissent certaines personnes en raison de leur proximité ou de leur appartenance au pouvoir donnent la preuve que quand l’Etat est partisan, il altère son statut de gérant des biens publics et n’administre guère en fonction du bien commun.

Cette image du policier corrompu n’est rien par rapport à l’immensité de la corruption dans ce pays. Cette corruption dont les auteurs sont des pontes politiques du système dirigeant et de grands acteurs financiers n’est pas attaquée. On verse plutôt dans un tape-à-l’œil en sanctionnant un pauvre policier corrompu pour 3.000 f alors que des personnes identifiées volent impunément des millions de franc CFA.

C’est cette grande corruption impunie pour des raisons politiques qui déforme à la racine le rôle des institutions représentatives car elle les utilise comme un terrain d’échange politique entre requêtes clientélistes et prestations des gouvernants.

Ce n’est donc pas la sanction infligée à ce policier qui libérera le Sénégal de la corruption à cause de l’impunité dont jouissent ceux qui en sont des virtuoses mais jamais inquiétés parce que étant du parti au pouvoir ou proche de l’Autorité d’Etat.

La fourberie est de sanctionner un policier pour avoir été corrompu pour 3.000 f CFA et absoudre des gens du système qui corrompent et se laissent corrompre, volant des millions, voire des milliards, sans jamais subir une expiation parce qu’un régime les couve et les couvre.

Le Piroguier

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15