POLITIQUE

Le politologue Albert Bourgi, sur le putch au Burkina- Le Général Diendéré n’a aucune chance de réussir

  • Date: 21 septembre 2015

Le chef de la junte burkinabé, le Général Gilbert Diendéré du Régiment de sécurité présidentielle (Rsp), à savoir l’ancienne garde prétorienne de Blaise Compaoré, est l’homme de tous les coups tordus au Burkina. De l’avis d’Albert Bourgi, professeur en Sciences politiques à l’Université de Reims ( France), l’ex-bras droit de l’ancien président burkinabé n’a aucune chance dans sa volonté de mener une contre-révolution dans le pays. Il était l’invité de l’émission politique de la radio Sud Fm, Objection de ce dimanche 20 septembre.

Le Général Gilbert Diendéré, ancien bras droit de Blaise Compaoré, nommé président du Conseil national de la démocratie (Cnd), après avoir pris en otage Michel Kafando et Isaac Zida, cherchait-il une échappatoire pour ne pas répondre de tous les crimes odieux qu’il a eu à commettre sous le magistère de son ex-mentor ? Tout porterait à le croire au vu de l’analyse faite par Albert Bourgi, professeur en Sciences politiques à l’Université de Reims, en France. Invité de l’émission politique de la radio Sud Fm, Objection du dimanche 20 septembre, M. Bourgi a indiqué que le Général Diendéré est très impliqué dans divers coups tordus perpétrés pendant le règne de l’ancien président déchu, Blaise Compaoré.

Pour l’invité de Baye Omar Guèye,  «il (Diendéré) était quasiment présumé responsable, et dans des conditions, semble-t-il, atroces de l’assassinat de Thomas Sankara et de bien d’autres». A l’en croire, le chef des putschistes est très mouillé dans les meurtres des officiers supérieurs, tel que Henry Zongo. Autant de crimes «odieux» commis par l’ancien bras droit de Blaise Campaoré, qui lui font dire «qu’il est finalement un homme de tous les coups tordus qu’il y a eus au Burkina».

Pour autant, M. Bourgi estime que l’actuel homme fort du Burkina défend une cause perdue d’avance. Selon lui, le Général n’a aucune chance de sortir victorieux de ce coup d’Etat. «Diendéré n’a aucune chance de réussir», déclare-t-il. Pour cause, il trouve que la contre-révolution tentée par les putschistes n’a pas de possibilité de prospérer dans la mesure où le peuple burkinabé a tourné la page Compaoré.

Pour lui, le Général a tenté de faire revenir l’ancien système en vain. Cela, même s’il a réussi par ailleurs à perpétrer un coup d’Etat, en prenant en otage une partie du gouvernement, dont le président de la transition, Michel Kafando, et son Premier ministre, Isaac Zida, déclarés démissionnaires. Le dernier nommé, dont la junte réclame la tête, est ancien membre du Rsp.

Rappelons par ailleurs qu’après deux jours de négociations à Ouagadougou, les présidents sénégalais, Macky Sall, et béninois, Thomas Bonni Yayi, semblent avoir arraché aux putschistes de l’ancienne garde prétorienne de Blaise Compaoré un retour en fonction des institutions de transition.

Sud Quotidien

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15