TECHNOLOGIES

Le portable pour les ados, oui, mais avec modération !

  • Date: 15 juin 2016

D’après une étude de Familles rurales dévoilée ce mercredi matin, le niveau d’information sur la dangerosité des ondes laisse encore à désirer. Conseils…

Le téléphone portable est à utiliser avec modération. Six ans après la dernière campagne d’information lancée par l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes), le message a toujours du mal à passer auprès des familles. C’est ce qui ressort d’une enquête de Familles rurales, que nous dévoilons ce mercredi. Sur les 6 700 personnes interrogées, soit 2 500 adultes et 4 200 enfants, 55 % avouent ne pas être au fait des bons usages du mobile. Et ceux qui pensent les connaître n’ont en tête que les règles de savoir-vivre en société, pas du tout les précautions à prendre pour préserver sa santé !

Sans être encore totalement prouvé scientifiquement, le risque semble pourtant de plus en plus réel. D’après une étude publiée en 2014 par l’université de Bordeaux, les personnes utilisant leur téléphone mobile plus de quinze heures par mois courraient un risque accru de développer des tumeurs au cerveau. Les jeunes pour qui le portable tient lieu à la fois de journal intime et d’animal de compagnie se trouvent évidemment en première ligne.

Une charte d’utilisation à la maison

Des gestes très simples permettent pourtant de les protéger. « Les parents doivent d’abord s’abstenir d’équiper leur progéniture avant 14 ans pour éviter toute nuisance à la construction de leur cerveau », insiste le psychiatre et psychanalyste Serge Tisseron, auteur de « Faut-il interdire les écrans aux enfants ? » (Ed. Mordicus).

Quand la pression d’achat devient trop forte, il est important d’établir une charte d’utilisation à la maison. « On peut notamment imposer aux ados de déposer leur appareil dans un rack le soir. » Cela évitera qu’ils s’endorment avec sur l’oreiller. « S’ils le gardent avec eux, ils risquent également d’être tentés de le regarder. Or, la lumière bleue des écrans chamboule les rythmes de sommeil. Pour peu qu’ils reçoivent en plus un appel ou un SMS en pleine nuit, ils n’auront plus du tout envie de dormir. »

Cela, Blanche, 16 ans, semble l’avoir bien intégré : « La nuit, j’ai pris l’habitude de mettre mon téléphone en mode avion, témoigne-t-elle. En revanche, je le garde toujours près de moi, sur la table de nuit, car il me sert de réveil. »

Vive le kit mains libres

Des précautions doivent bien sûr aussi être prises pendant la journée. Dominique Marmier, président de Familles rurales, préconise ainsi d’utiliser systématiquement le kit mains libres pour recevoir et passer ses appels. Un réflexe pas du tout entré dans les moeurs. Près de 90 % des personnes interrogées dans l’enquête avouent ne recourrir que rarement, voire jamais, à l’oreillette. Et pour cause : elles sont 75 % à ignorer à quoi elle sert…

« Il est également important d’utiliser son téléphone dans une zone de réception la meilleure possible », insiste Dominique Marmier. Et de bannir le mobile en voiture. « Sur la route, les portables cherchent sans cesse à se connecter à une antenne-relais, rappelle Serge Tisseron. Les ondes sont donc beaucoup plus puissantes.

  Le parisien

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15