Accueil / ACTUALITES / Le président Wade lance le slogan «Un village, un bassin »

Le président Wade lance le slogan «Un village, un bassin »

Maître Abdoulaye Wade est convaincu que les bassins de rétention qui sont actuellement au nombre de 220 dans notre pays sont un moyen efficace de lutte contre la pauvreté surtout en zone rurale. En procédant à l’ouverture d’un séminaire international sur la question, il en a vivement appelé à la mise en valeur d’un plan d’implantation des bassins de rétention dans le Sahel avec le concours attendu des bailleurs de fonds.

Source : Le Soleil
De cette rencontre internationale de deux jours qui se tient au Méridien Président, le chef de l’Etat attend plusieurs résultats probants. Primo Maître Abdoulaye Wade qui a lancé puis concrétisé l’idée d’une implantation durable des bassins de rétention dès son accession au pouvoir s’attend à l’appropriation par tous nos compatriotes du slogan « un village, un bassin de rétention. »

À l’heure actuelle, 220 bassins existent et le premier objectif fixé par le chef de l’Etat est de polariser quelques 4000 villages à court terme. Un objectif qui passera sûrement par la deuxième recommandation du Président Wade à savoir la création d’une agence sahélienne des bassins de rétention. Cet outil de vulgarisation des bassins va s’appuyer sur des agences nationales qui vont encadrer les femmes et les jeunes sur l’agroforesterie et la régénération de la faune et de la flore. Maître Abdoulaye Wade très en verve a plutôt une vision globale des difficultés du Sahel en matière de maîtrise de l’eau. Il nous faut estime t-il une ligne Maginot le long du désert de Dakar à Djibouti. Une façon d’arrêter l’avancée du désert. Cette ligne abritera à son tour les bassins de rétention.

Mais le chef de l’Etat n’y va pas par quatre chemins ; les pays développés analyse t-il doivent accompagner les pays du Sahel dans cette généreuse entreprise d’éradication de la pauvreté. Et Maître Wade de proposer l’intervention des armées occidentales qui pourront avec leurs gros engins nous aider à édifier ces bassins de rétention car la guerre contre les calamités naturelles qui menacent l’espèce humaine est une manière pour l’occident de participer activement à la guerre contre le sous-développement et la pauvreté.

Les bassins de rétention coûtent cher (entre 60 et 70 millions de francs pour un seul bassin). Aujourd’hui les 220 villages qui en disposent ont vu leur environnement immédiat complètement transformé. Le développement de l’élevage y est visible avec le spectacle des bêtes autour des pâturages et la pratique du maraîchage et de la pisciculture comme cela se fait à Linguère au cœur du Djoloff. Là-bas, le poisson frais n’est plus un luxe grâce à l’apport inestimable du bassin de rétention de la zone. Il reste juste à aménager autour de ces bassins des forêts villageoises et des forêts d’arbres fruitiers dont les jujubiers géants pour reprendre l’expression du Président Wade. À titre d’illustration, l’on retiendra l’exemple de ce bassin de rétention édifié dans la région de Kolda sur un lopin de terre de moins de 100 mètres carrés et qui a généré des revenus d’un million par personne au profit de ceux qui l’ont exploité.

Pour sa part Maître EL Hadj Diouf ministre du Réseau Hydrographique National, des Cours d’eau, Bassins de rétention, Lacs et Canaux latéraux a insisté sur la « révolution silencieuse » qui est en cours au Sénégal.

Le ministre fait ainsi allusion à ces bassins de rétention qui commencent à recevoir des financements extérieurs. C’est ainsi que l’Espagne a déjà allongé quatre milliards de francs CFA en attendant quatre autres millions de l’Italie. C’est dire que les bailleurs de fonds croient vraiment à ce programme que d’aucuns ont vite fait de ranger au rayon des utopies mais comme l’a si bien rappelé le chef de l’Etat : « bien des utopies sont devenues des réalités. »


À voir aussi

Gestion des déchets : Un avant-projet de loi mis en place

La gestion des déchets solides et dangereux demeure une véritable préoccupation pour les acteurs de …

Pikine : Des magistrats sans bureau

Les magistrats qui sont au tribunal de Pikine n’ont pas de bureau ! La révélation est …