téléchargement

LE PROCÈS RENVOYÉ JUSQU’AU 28 JANVIER POUR PLAIDOIRIES- Toussaint Manga et Cie obtiennent la liberté provisoire

 Initialement prévu, hier, le procès de Toussaint Manga et Cie a été renvoyé jusqu’au 28 janvier prochain pour plaidoiries. Cependant, les avocats de la défense ont introduit une demande de mise en liberté provisoire qui sera acceptée par le juge.

En détention pendant près de 10 mois, Toussaint Manga, Secrétaire général de l’Union des jeunesses travaillistes libérales (ujtl) et Cie ont obtenu, hier, une liberté provisoire. Cette décision a été prononcée par le juge après le renvoi de l’audience jusqu’au 28 janvier prochain pour plaidoiries. Lorsque le juge a décidé de renvoyer l’affaire, les avocats de la défense ont introduit une demande de mise en liberté provisoire. Selon les robes noires, la mise en liberté provisoire de Toussaint Manga, Serigne Abo Mbacké, étudiant en Licence de droit et cinq autres personnes, poursuivis pour rassemblement illicite et destruction de biens appartenant à l’État, ne peut pas causer de trouble à l’ordre public. La défense a aussi indiqué que les prévenus sont régulièrement domiciliés. Invité à prendre la parole, le maître des poursuites ne s’est pas opposé à la demande de mise en liberté provisoire introduite par la défense. En rendant sa décision, le juge a accepté ladite demande avant de confirmer le renvoi au 28 janvier pour plaidoiries.

Il faut dire que les nombreux souteneurs des prévenus qui étaient mobilisés, hier, ont tous applaudi lorsque la demande a été acceptée par le juge. La satisfaction était aussi du côté des avocats de la défense qui estiment que c’est « une solution heureuse ». Un des leurs, en l’occurrence, Me Moustapha Dieng déclare : « C’est véritablement solution heureuse parce que ces personnes qui sont des pères de famille, qui ont des responsabilités professionnelles, qui n’ont jamais eu de problèmes avec la Justice ont été gardées en détention pendant près de 10 mois. Je pense que dans une affaire de cette nature, 10 mois de détention me semblent anormalement longs. C’est la raison pour laquelle, la défense, par ma voix, exprime sa joie et aujourd’hui encore plus confiance dans la conduite de l’instance ».

Toutefois, la robe noire renseigne que si l’affaire est retenue par le tribunal, ils essayeront, avec la force de leurs arguments de droit, dans le plus grand respect dû à la Justice et aux institutions, de démontrer très clairement et très certainement que « les faits pour lesquels ces gens-là ont été gardés en détention n’existent que dans l’imagination de ceux qui les avaient mis dans cette situation ».

Cheikh Moussa SARR

Voir aussi

ousmane-sow-000_par8176555_0

Mort d’Ousmane Sow, le sculpteur de l’esprit et de la matière

Rfi.fr- Le sculpteur Ousmane Sow, surnommé « l’Auguste Rodin du Sénégal », est mort ce …