People

Le rappeur Rohff renvoyé devant le tribu­nal pour l’agres­sion d’un employé de Booba

  • Date : 22 juin 2016

Accusé d’avoir tabassé un vendeur de la boutique de Booba en avril 2014, le rappeur Rohff devra s’ex­pliquer au tribu­nal. Il sera pochai­ne­ment jugé avec son garde du corps, qui est soupçonné de l’avoir accom­pa­gné dans cette violente agres­sion

 

C’était il y a déjà plus de deux ans : le 21 avril 2014, un vendeur stagiaire de la boutique Unküt, la marque de Booba, était passé à tabac par un groupe de personnes mené par Rohff. Une explo­sion de violence surve­nue après des mois de clashs entre les deux stars du rap français.« Que ça m’ar­rive à moi, c’est une chose. Mais que ça arrive à un inno­cent de 19 ans, là par contre, c’est malheu­reux, s’était indi­gné Booba dans Le Pari­sien. [Rohff] est un lâche, il est débile. » Le jeune homme s’en était heureu­se­ment sorti. Son agres­sion avait été parti­cu­liè­re­ment sauvage : les assaillants avaient laissé le jeune homme dans une mare de sang. Comme le rappelle ce mercredi  Le Parisien, l’étu­diant en bac pro avait été placé en réani­ma­tion à l’hô­pi­tal Beaujon de Clichy, où il a pu être soigné.

Une fois ses esprits retrou­vés, le vendeur avait iden­ti­fié Rohff commeson prin­ci­pal agres­seur. En consé­quence, ce dernier a été arrêté, puismis en examen pour violences volon­taires en réunion avec prémé­di­ta­tion. S’il a dans un premier temps démenti, assu­rant qu’il avait simple­ment mis une « gifle, sans doute appuyée » à la victime, le rappeur avait été confondu par les images des camé­ras de surveillance, où on le voit frap­per, puis s’achar­ner sur le jeune homme au sol. Comme le rappor­tait à l’époque Le Pari­sien, il avait fini par faire ses aveux aux enquê­teurs : « Oui c’est vrai, j’ai mis des coups, a-t-il admis. Ce que vous voyez sur cette vidéo, on peut penser que c’est très violent, ce qui est vrai. Cepen­dant, même si je lui donne des coups de poing et de pied, je ne l’ai jamais touché au visage, à part la gifle au départ. »

Depuis, on atten­dait que Rohff soit renvoyé devant un tribu­nal. Le Pari­sien nous apprend aujourd’­hui que c’est chose faite : il sera très prochai­ne­ment jugé pour « violences aggra­vées », au côté de son garde du corps, accusé d’avoir été son complice. Comme le rapporte le quoti­dien, le dossier comporte notam­ment un sombre portrait de Rohff, réalisé par un expert psycho­lo­gique. Ce dernier a relevé chez le rappeur« un fonc­tion­ne­ment de person­na­lité narcis­sique, dans un contexte méga­lo­ma­niaque à struc­tu­ra­tion nette­ment para­noïaque ».

La date du procès n’a pas encore été fixée, mais l’af­faire s’an­nonce compliquée pour Rohff. « Je ne suis pas fier de l’af­faire de la boutique, avait-il confié en novembre dernier sur les réseaux sociaux. Et pour ne rien légi­ti­mer, je me passe de vous donner les raisons qui m’ont mis en colère (le vendeur lui aurait parlé sur « un ton hautain », ndlr). Je ne suis pas une mauvaise personne, vous le savez tous. » Ce sera à ses avocats de le prou­ver au tribu­nal.

Les Plus Populaire
Title
Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15