Accueil / ACTUALITES / Le regard de Serigne Saliou- Amath Dansokho et le danger qui menace le Sénégal

Le regard de Serigne Saliou- Amath Dansokho et le danger qui menace le Sénégal

Une fois de plus, le vieux communiste a jeté un gros pavé dans la mare politique sénégalaise, suite à ses déclarations fracassantes sur la situation du pays, marquée par des coupures intempestives d’eau et d’électricité. Sur un ton ferme, il affirme que la deuxième alternance n’a pas répondu aux attentes des Sénégalais, avant de marteler, avec une certaine prémonition, que le pays est en danger ! Une sortie au vitriol, dans les colonnes de l’Observateur, qui a poussé des responsables de l’Apr à sortir de leurs gonds, pour flétrir un manque de retenue de sa part, non sans souligner que Dansokho aurait pu faire prévaloir la solidarité gouvernementale, ou, à la limite, évoquer certaines questions sensibles dans des cercles appropriés. Mais, au-delà des cris d’orfraie du parti présidentiel, force est de constater que l’onde de choc de telles déclarations aura des conséquences fâcheuses sur l’avenir du compagnonnage déjà très tumultueux entre le Pit et l’Apr. Et pour cause, les faucons de son camp demandent à Macky de sortir le glaive contre tous les alliés qui feraient preuve de déloyauté à son égard, ou qui ne seraient pas solidaires des actes qu’il pose. Leur courroux est d’autant plus vif que l’accusateur du jour ne trouve pas d’excuse valable face aux privations que la Senelec et la Sde imposent à nos compatriotes. Pourtant, malgré ses excès de langage qui ne le quitteront jamais, le ministre d’Etat, et par ailleurs, conseiller du chef de l’Etat, semble avoir raison, quand il redoute une probable montée des périls au Sénégal. Car, à côté du front social en ébullition depuis plusieurs mois, le dialogue politique est toujours en panne, au moment où l’hivernage pointe à l’horizon avec des risques d’inondation qui ne feront qu’exacerber le mécontentement des populations déçues et désabusées par la gestion du pouvoir actuel. Pendant ce temps, le gouvernement qui semble avoir perdu le sens des réalités et des priorités, est toujours vautré dans sa logique de confrontation avec les enseignants sur le calendrier scolaire. Et le pouvoir réitère, en même temps, sa volonté de poursuivre la traque des biens mal acquis, par le biais de la très controversée Crei. Une attitude qui contrarie tous les observateurs politiques sceptiques face à la prédiction des prestidigitateurs de Malango sur la réélection du président Sall en 2017. Les analystes croyaient mordicus que, face à la libération d’Aida Ndiongue par la justice sénégalaise et devant les remontrances du groupe de travail de l’Onu demandant la libération de Karim Wade, le gouvernement de Mohammad Dione allait lâcher du lest. En faisant preuve, non pas de faiblesse synonyme de sa perte inéluctable, mais de réalisme et de realpolitik, ne serait-ce que pour éviter de se battre sur plusieurs fronts, pour convaincre l’opinion publique nationale et internationale sur le bien fondé de sa politique.

En attendant que les conseillers du président de la République ne parviennent à limiter les dégâts, le patriarche du Pit, allié puis adversaire de Diouf et de Wade, prouve encore que, malgré son âge avancé et sa santé chancelante, il peut toujours secouer le cocotier sociopolitique du pays de la téranga.

Serigne Saliou SAMB  

Share This:

À voir aussi

Présidentielle : ce que disent les derniers sondages

M6info- C’est la dernière ligne droite avant le premier tour de la présidentielle, prévu dimanche …