ACTUALITE

Le Sénégal, après le 20 mars

  • Date: 18 mars 2016

Ce 20 mars, le Sénégal répond à une consultation référendaire. C’est la première grande bataille qui oppose Macky Sall et ses adversaires depuis son élection en 2012. L’enjeu est donc immense. C’est un jeu de vie et de survie politique. Tout chef de parti qui perd son fief subit un effondrement politique qui aura des effets lourds sur sa carrière et ses ambitions. La victoire du Oui est une obligation pour Macky Sall qui a « ramassé le pouvoir, ayant bénéficié de la colère nationale » attisée par les événements du 23 juin 2011. Celle du Non est un impératif pour les dirigeants de l’opposition dont chacun a le profil d’un potentiel président de la République qui l’oblige à peser son poids.
Si le Non l’emporte, le Sénégal sera dans une atmosphère nouvelle. Une dynamique unitaire réclamera la démission de Macky Sall et la convocation d’une élection présidentielle. Les guides religieux qui ont ostentatoirement pris position pour lui seront tout petits, devant leurs disciples et les citoyens, et même devant Dieu qui prohibe la mauvaise foi de ceux qui, avides de pouvoir et de richesses, fous de préséance et de sinécures, font de la religion un instrument de puissance et d’influence. La majorité présidentielle volera inévitablement en éclat. Le régime de Macky Sall aura alors une autre physionomie et une autre estampe sur la scène mondiale. Le maquis marron beige deviendrait une brousse en feu aux flammes au rouge vif. Et la vie continue !
Si le Oui l’emporte, Macky Sall aura alors les coudées franches. Certes des contestations ne manqueront pas. Mais il agira sans état d’âme et mettra à profit le monopole de la violence légitime dont il dispose. L’État réprimera toute contestation publique. Les portes de Rebeuss seront grandement ouvertes pour accueillir les intrépides. Les guides religieux joueront alors aux moralisateurs. Une certaine presse pro domo qui a ses accointances avec des gens influents du pouvoir sera un expédient de diabolisation et de destruction d’opposants jusqu’à ce qu’une accalmie s’installe. Et la vie reprend son cours !
Le Gouvernement sera remanié : les perdants partiront ; les gagnants resteront ; les autres victorieux qui n’y siègent pas y feront indubitablement leur entrée. La légitimité de Macky Sall sera renforcée et consolidée. Ce serait pour lui une victoire sur l’histoire, sur ses adversaires et mêmes ses alliés contestataires.
Une nouvelle page institutionnelle, politique et sociale va s’ouvrir au Sénégal. Une redistribution des cartes va s’opérer aussi bien du camp du pouvoir que de l’opposition. Des bouleversements auront lieu dans l’espace institutionnel et dans le champ partisan.
Mais que le Oui gagne ou que le Non triomphe, la République du Sénégal ne connaitra pas de trouble majeur. Elle sera plutôt consolidée parce qu’elle a une histoire qui en fait la somme du labeur des générations qui se sont succédé.
Depuis 1960, elle est demeurée inébranlable, immuable et indestructible malgré les crises qui ont jalonné sa marche en avant. Elle restera plus que jamais impavide après le 20 mars. Ce sera Oui ou Non. Macky, Idrissa, Baldé, Pape Diop, Gackou, Khalifa et tous les acteurs du jeu politique devront en tirer une véritable absolue : dans une lutte politique, personne n’est trop grand pour perdre, ni trop petit pour gagner.

Le Piroguier

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15