téléchargement (2)

Le Sénégal,  des partis sans  Jeunesses politiques

Dans aucun appareil partisan n’émerge, aujourd’hui, des Jeunesses politiques porteuses de convictions et d’idéaux. Seuls les leaders et les responsables adultes participent à l’action politique. Les partis historiques voient leurs Jeunesses politiques alanguir. Les Sénégalais ne savent même pas qui est le Responsable des Jeunes du Parti socialiste (Ps). Les Jeunesses libérales sont ankylosées par la perte du pouvoir. Celles de l’Apr n’ont aucune visibilité si ce n’est à travers une jeune femme promue à la tête d’une Agence et qui considère le combat politique comme un jeu de fulmination. Qui dirigent les jeunes de la LD, du PIT, de And-Jef, version Decroix comme tendance Savane, l’URD, l’AFP, le GP, de Rewmi, les partis de Baldé, Ndéné Ndiaye, etc. ?

Quand un parti politique ne dispose pas de jeunes convaincus, idéologiquement et politiquement bien formés, courageusement et prestement engagés, son avenir est illusoire.

Les jeunes ne sont utilisés et mobilisés que le temps d’une manifestation politique où leur rôle est de se vêtir de tee-shirts à l’effigie du chef de parti et d’ovationner. Le plus souvent, ils ne servent que de hauts parleurs et d’aboyeurs appelés à arroser d’insanités, de calomnies et de vilénies ceux qui critiquent leur chef du parti dont ils prétendent être les militants.

En vérité, la raison simple est que le jeu politique sénégalais est plus une question de personnes  généralement nanties que l’expression et la volonté de traduire en acte un idéal. C’est ce qui explique que le Mouvement de jeunes Y En Marre a pris pratiquement la place d’avant-garde, d’anticipation, de proposition et se sentinelles que les Jeunesses politiques devaient occuper.

Domou rewmi

Voir aussi

images

LIBÉRATION DE KARIM WADE Toute la vérité sur le Protocole de Doha

Nos confrères de Jeuneafrique.com sont largement revenus, hier, sur la libération de Karim Wade par …

Open