Accueil / ACTUALITES / Le Sénégal fait travailler des enfants de 10 ans- Le Bit crie au scandale
Mise en page 1

Le Sénégal fait travailler des enfants de 10 ans- Le Bit crie au scandale

 Le Sénégal a-t-il enfreint les lois concernant la prise en charge des enfants. Selon une enquête nationale sur l’emploi, des informations « ont été cueillies auprès de la population de 10 ans et plus ». Et le représentant du Bit a tiré la sonnette d’alarme sur ce sondage fait auprès de « seulement 6.000 ménages », pour un coût de 180 millions de francs Cfa de la Banque mondiale (Bm). Les résultats ont été révélés, hier, au Méridien, lors d’un atelier.

180 millions F Cfa pour une enquête qui ne concerne que 6.000 ménages. Elle s’est déroulée en période de soudure. L’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd) doit rectifier le tir, avant que la sentence ne nous tombe sur la tête. Le Sénégal compte en son sein, des enfants de 10 ans chômeurs. Une enquête « qui a examiné les mesures entreprises et les stratégies développées pour faire face aux contraintes et difficultés du marché du travail ». Selon les enquêteurs qui ont visité 6.000 ménages en 35 jours, « le taux de chômage des personnes de 10 ans et plus est estimé à 13% ». Un « chômage habituel estimé à 16% avec un taux  d’activité estimé à 57,6% chez les 10 ans ou plus ». Avec des « disparités notées selon le sexe 52,7% chez les femmes contre 63,3% chez les hommes pour la population de 10 ans ou plus ». Une population jeune, pour la plupart, qui ne peut accéder à l’emploi salarié, sous employé, dans des activités diverses. Un chômage qui touche ainsi, des enfants « ayant un niveau d’éducation du primaire et du moyen secondaire ». Avec une non-qualification. Une préoccupation soulevée par le représentant du Bureau international du travail (Bit) et le Secrétaire général du ministère du Plan. « Je suis entouré de chômeurs », dira-t-il. Ce dernier qui se dit éberlué par ces chiffres de demander aux services de la statistique d’établir « un cadre légal pour ces enfants ». Qui, selon lui, « sont sans avenir et que le travail des enfants est un travail de surexploitation ». Des enfants qui doivent « être scolarisés ».

Par ailleurs, la rencontre a été l’occasion, pour les participants, de découvrir que les demandeurs d’emploi passent par les canaux informels. Par l’intermédiaire d’amis, le dépôt de candidatures, etc. Aussi, 97,7% des employeurs sont des indépendants. Concernant toujours cette enquête, 30,6% des employés disposent d’un bulletin de salaire.

Cet atelier n’est donc pas inscrit dans la « déclaration de Ouaga et l’engagement de l’Union africaine », ni  inscrit dans le Plan Sénégal émergent (Pse) du Président Macky Sall dans le cadre de la lutte contre la pauvreté et les 600 000 emplois formels, avec des partenaires comme la Banque mondiale (Bm) qui s’est engagée, financièrement et techniquement.

Ndèye DIAW

À voir aussi

Ministère du travail : Vieux Samba Sy prend le relais de Mansour Sy

Mansour Sy a officiellement quitté le ministère du Travail, du Dialogue Social, des Organisations professionnelles …

Confrérie Tidjane- le successeur d’Al amine sera connu dimanche

La famille de Seydi El Hadji Malick Sy (1855-1922) va désigner dimanche le successeur du …